blog

Comment bien acheter son véhicule d’occasion (V.O) Auto / utilitaire

Particulier ou professionnel, deux différences = le prix et les garanties

Les véhicules achetés chez les professionnels bénéficient automatiquement d’une garantie de 12 mois.                                                                                                                                                Dans les 12 mois suivants l’acquisition du véhicule vous pouvez faire vos réclamations pour vices cachés et obtenir réparation auprès de votre vendeur.

Les véhicules achetés entre particuliers sont en général moins chers.                                 Cependant, aucune obligation légale n’oblige le vendeur particulier à vous réparer automatiquement en cas de problème. Vous devez alors trouver une issue à l’amiable faute de quoi il sera nécessaire d’entamer une procédure judiciaire pour vice caché ou autre dans l’espoir d’obtenir réparation.

Vous pouvez acheter votre véhicule occasion et bénéficier d’une garantie mécanique sur 8 à 22 points en fonction de votre véhicule pendant 3, à 60 mois.                                                           Personne n’est à l’abris de tomber sur des mauvaises surprises à l’achat d’un véhicule d’occasion, choisir la garantie CHEKOTO c’est l’assurance d’être couvert sans franchise en cas de panne dans les premiers mois d’utilisation de votre nouveau véhicule. LIEN INTERNE

 

Vérifiez la côte auto

 

La côte automobile du véhicule est l’estimation de la valeur d’un véhicule selon des critères comme l’âge, le modèle, la version, les options (etc…). Renseignez-vous sur la côte auto de votre véhicule d’occasion avant de définir le montant de votre offre.                                                                                        La côte automobile des véhicules n’est pas une science exacte, c’est une indication brute.                         Pour être cohérente elle doit être ajusté avec d’autres informations comme l’état d’usure général du véhicule, la quantité disponible sur le marché VS la demande sur ce modèle, et les impressions du public (etc…).

 

Les documents à vérifier avant l’achat

L’entretien du véhicule

Vous devez devoir tracer parcours d’entretien du véhicule depuis sa mise 1ère mise en circulation.

  1. Carnet d’entretien à jour: Le carnet d’entretien est un livret qui recense tous entretiens dont le véhicule a fait l’objet. Il n’est pas obligatoire mais fortement conseillé, d’autant plus si le véhicule à un kilométrage important.
  1. Contrôle technique à jour: Ce document est fourni par les centres de contrôle technique après vérification du véhicule. Il est obligatoire pour les véhicules de plus de 4 ans doit dater de moins de 6 mois au. Si le véhicule à moins de 4 ans il n’est pas obligatoire pour le vendeur de vous le fournir.
  1. Factures d’entretien: Vous pouvez également demander au vendeur s’il a fait d’autres interventions sur le véhicule. Dans ce cas demandez les factures correspondantes.

La vente du véhicule

  1. Carte grise (datée du jour, barrée et signée) au nom du vendeur ou attestation d’autorisation de vente : Demandez la pièce d’identité du vendeur, la carte grise du véhicule doit être à son nom. Si ce n’est pas le cas EXIGEZ du vendeur une autorisation de vente manuscrite du propriétaire qui lui permette de vendre le véhicule. Vérifiez ensuite que la plaque d’immatriculation (A) et le numéro de série (E) du véhicule correspondent aux informations mentionnées sur le certificat d’immatriculation.
  1. Certificat de non gage : Ce document est le certificat de situation administrative détaillée du véhicule que le vendeur doit obligatoirement vous fournir ce document.                                                                                                         Si le véhicule est gagé ou opposé à date d’acquisition : refusez l’achat.  Si le vendeur n’a pas apporté ce document il peut le télécharger en 2 min sur https://siv.interieur.gouv.fr/map-usg-ui/do/csa_retour_dem_certificat
  1. Certificat de cession: Aussi connu sous le nom de Cerfa n° 15776*02 est un document obligatoire à remplir entre l’acheteur et le vendeur (en triple exemplaire) afin de permettre le transfert de propriété du véhicule auprès des services de la préfecture.

https://www.service-public.fr/simulateur/calcul/15776

Avant l’achat assurez-vous que tous les documents présentés soient authentiques, appelez les concessions et professionnels prestataires pour demander vérification. En cas de besoin vous pourrez nous les envoyer pour vérification par nos services.  LIEN INTERNE

L’achat du véhicule

L’acte de vente

L’acte de vente pour permet de constater les détails de la vente comme le prix ou encore l’état du véhicule, il n’est pas obligatoire mais fortement conseillé.

LIEN INTERNE

Quelles vérifications effectuer avant d’acheter une occasion ?

  • Préférez les visites le jour. Ainsi vous remarquerez plus facilement les défauts esthétiques.
  • Préférez des visites quand les conditions météorologiques sont optimales. Ainsi vous réaliserez les tests routier en toute sécurité.
  • Vérifiez l’état esthétique et fonctionnel général.
  • Essayez impérativement Le véhicule sur route, si le vendeur refuse : refusez l’achat.
  • Ne vous laissez pas intimider par le vendeur. Posez toutes les questions et faites toutes les vérifications que vous jugerez nécessaires pendant la visite.
  • En cas de doute avant l’achat faites un contrôle approfondit chez un professionnel.

Il n’est pas évident de savoir quoi vérifier sur un véhicule d’occasion et dans quel ordre. C’est pourquoi nous avons développer Le premier outil pour vous assister pendant la vérification entièrement GRATUIT. Téléchargez l’application et laissez-vous guider ! Une fois en face du véhicule, répondez aux 55 questions du QCM et obtenez immédiatement une note et un compte rendu détaillé sur l’état de votre véhicule. LIEN INTERNE

Vous pouvez aussi confier la vérification de votre V.O chez l’un de nos garages partenaires.            LIEN INTERNE

Après l’achat

 

Souscrivez une assurance auto avant de prendre la route et faites les démarches pour immatriculer votre véhicule sans plus attendre sur : https://immatriculation.ants.gouv.fr/

Quand faire la vidange de mon auto ?

 

Le moteur de votre voiture doit être régulièrement vidangé. Cette opération de maintenance prévoit le remplacement de l’huile qui sert à lubrifier les éléments en mouvement. On remplace également le filtre à huile lors de cette vidange.

 

Quelle est la périodicité de la vidange moteur ?

 

Les différents éléments en mouvement dans le moteur de votre auto ont besoin d’être lubrifiés pour fonctionner sans échauffement. Pour cela, les constructeurs automobiles ont recouru à l’huile. Mais avec le temps celle-ci se dégrade entre la chaleur du moteur et le mouvement répété de chaque pièce.

 

Il est donc nécessaire de remplacer cette huile régulièrement pour garantir un bon fonctionnement du moteur ainsi que sa longévité. Généralement, la vidange est à faire une fois par an. Certains moteurs peuvent supporter un remplacement au bout de deux ans. L’écart entre deux vidanges est généralement de 10 000 km à 30 000 km suivant la motorisation qui équipe votre véhicule.

 

Que faut-il savoir pour réaliser sa vidange ?

 

Avant toute chose, et cela dès l’achat du véhicule, il vous faut consulter le livret d’entretien du véhicule pour savoir quand a été réalisé la dernière révision incluant la vidange du moteur et connaître la périodicité à respecter, suivant les préconisations du constructeur. Chaque moteur est différent, il faut donc suivre les prescriptions données par son fabricant.

 

Il faut aussi tenir compte de votre usage du véhicule. Si le livret d’entretien mentionne une vidange tous les 30 000 km sans indiquer l’intervalle de temps entre chaque révision et que vous ne parcourez que 5 000 km par an, il ne faudra pas attendre d’avoir atteint les 30 000 km. L’huile se dégrade aussi avec le temps. Une vidange tous les deux ans au maximum semble raisonnable pour les petits rouleurs.

 

De même, un véhicule qui ne sera utilisé qu’en ville verra son huile se dégrader plus rapidement qu’un véhicule parcourant des trajets autoroutiers. En ville, nous roulons peu et la moyenne horaire est faible, mais les heures de fonctionnement du moteur sont bien réelles. Il faudra donc diviser par deux les intervalles de vidange pour préserver son moteur.

Comment vérifier l’état de ses pneus ?

Des pneus en bons états sont primordiaux pour la sécurité. Que ce soit pour les occupants du véhicule que pour les autres usagers de la route, les pneumatiques doivent être contrôlés régulièrement.

Comment contrôler visuellement ses pneus ?

 

La première étape est de contrôler l’aspect visuel général. Le flanc du pneu ne doit pas être entaillé ni présenter une usure prononcée à force de frotter contre les trottoirs. Le dessin du pneu doit être suffisamment creusé pour garantir son efficacité, des témoins d’usure sont disposés dans les rainures du pneumatique, assurez-vous que la bande de roulement soit supérieure à ses témoins. Vous ne devez pas non plus voir de ferraille dépasser de la bande de roulement.

 

L’usure de cette bande de roulement doit également être régulière sur toute la largeur du pneu. Si ce n’est pas le cas, cela signifie qu’il y a un problème sur le châssis du véhicule. Cela peut venir d’un simple déréglage du train qui pourra être corrigé par professionnel qui réalisera un parallélisme. Si le problème ne vient pas de là, il peut s’agir d’une pièce usée comme un amortisseur, une biellette de direction ou d’un triangle de suspension. Mais dans ces cas, un essai routier du véhicule pourra vous aider à définir l’origine du problème.

 

La loi impose que les voitures soient équipées de pneus identiques sur un même essieu et que la profondeur de la sculpture de la bande de roulement soit d’une profondeur minimale de 1,6 mm.

 

Contrôlez régulièrement la pression des pneus

 

La pression d’air dans les pneus est un paramètre très important qu’il faudra contrôler régulièrement, tous les trois mois ou 2 500 km. L’opération est aussi simple que pour un vélo, il suffit de brancher l’embout sur la valve du pneu et d’ajuster à la hausse ou à la baisse la pression.

 

Pour savoir quelle pression mettre dans ses roues, vous devez vous référer aux instructions du constructeur. Généralement, une étiquette rappelant la pression est collée sur le montant de la porte conducteur ou dans la trappe à carburant.

 

Une pression trop faible va augmenter la consommation de carburant et risque d’endommager le pneu alors qu’une pression trop importante va diminuer l’adhérence et peut engendrer l’explosion du pneu le rendant alors inutilisable.

 

 

Quand changer ses balais d’essuie-glace ?

La visibilité au volant de votre voiture est importante. La qualité et l’usure des balais d’essuie-glace doivent être contrôlées plusieurs fois dans l’année pour ne pas être pris de court les jours de forte pluie.

 

Comment contrôler ses balais d’essuie-glace ?

 

Si vous avez remarqué lors de la dernière pluie que vos balais d’essuie-glace laissaient un voile après leur passage ou qu’ils n’essuyaient pas totalement la zone où ils passent, vous pouvez considérer qu’ils sont bons à remplacer. De même, dès qu’ils commencent à faire du bruit alors qu’il pleut toujours, l’usure est déjà avancée.

 

Visuellement, pour contrôler l’état de vos balais d’essuie-glace, commencer par les soulever légèrement du pare-brise pour vous assurer que la lame soit intacte, droite et sans déchirures. Au moindre signe d’usure, vous devez les remplacer. C’est une opération simple que vous pouvez réaliser vous-même en quelques minutes.

 

De plus, si votre véhicule n’est pas utilisé souvent et que vos balais d’essuie-glace sont âgés de plusieurs années, vous devrez également prévoir leur remplacement.

 

Quand faut-il changer ses balais d’essuie-glace ?

 

Idéalement, le remplacement des balais d’essuie-glace devrait être effectué deux fois par an. Une première fois au printemps, après que les balais aient subi les affres de l’hiver, avec le gel, le sel sur les routes et des journées humides qui nous auront conduits à fortement les solliciter.

 

Mais il faut aussi prévoir leur remplacement à l’automne pour s’assurer d’avoir des balais en parfait état avant l’hiver pour faire face aux journées pluvieuses de l’automne et à l’hiver qui approche. L’été, les balais d’essuie-glace sont peu utilisés, leur immobilité dans la même position et le soleil va rapidement dégrader la qualité du caoutchouc et donc réduire à néant la qualité d’essuyage.

Comment remplir le réservoir de lave-glace ?

 

Il n’y a rien de plus énervant que de se retrouver à court de lave-glace lors d’un départ en vacances le soir ou en plein hiver un jour de salage des routes. Mais comment remplir son réservoir de lave-glace ?

 

Que faut-il faire pour remplir son réservoir de lave-glace ?

 

Avant toute chose, consulter la notice d’utilisation de votre véhicule qui vous indiquera la procédure à suivre. Généralement, le bocal de lave-glace se trouve sous le capot moteur à l’avant de la voiture. Certaines voitures disposent d’un second réservoir placé dans le coffre pour l’essuie-glace de la lunette arrière.

 

Il faut commencer par ouvrir le capot du véhicule à l’aide de la commande de déverrouillage qui est, en principe, placé sous le volant au-dessus des pédales du conducteur, puis déverrouiller le capot en enlevant la sécurité accessible au-dessus ou dans la calandre suivant le modèle de voiture. Une fois le capot ouvert, si celui-ci n’est pas doté de vérins pour le maintenir ouvert, assurez-vous de placer correctement la béquille pour tenir le capot ouvert en toute sécurité.

 

Il ne vous reste plus qu’à identifier le réservoir de lave-glace qui se trouve sur l’un des côtés du moteur. Son bouchon de couleur permet de l’identifier grâce à un dessin représentant le jet du lave-glace. Ouvrez le bouchon et faites l’appoint sans faire déborder le réservoir. Une fois effectuée, fermer le bouchon et le capot correctement en vous assurant que ce dernier soit bien verrouillé.

 

Quel lave-glace pour quelle saison ?

 

Si certains ont tendance à mettre de l’eau dans le réservoir de lave-glace, cela est fortement déconseillé pour plusieurs raisons. L’eau n’a pas le même pouvoir détergeant que les véritables liquides lave-glace automobile. De plus, elle peut contenir du calcaire qui va finir par obstruer les buses de lave-glace et la pompe ce qui les rendra inutilisables. Enfin, l’eau peut geler pendant l’hiver, ce qui fera exploser les conduites et le réservoir en lui-même.

 

Il est recommandé de choisir un lave-glace démoustiquant, à mettre au printemps lorsque les gelés sont finis, celui-ci enlèvera facilement les insectes qui vont venir s’écraser sur votre parebrise dès les beaux jours arrivés. Et à l’automne, il vaut mieux choisir un liquide lave-glace résistant au gel jusqu’à -15 ou – 25 °C suivant votre région afin qu’il reste efficace par temps froid.

 

 

Mon véhicule a du mal à démarrer, que faire ?

 

Si votre véhicule rencontre des difficultés à démarrer, il faut essayer d’identifier les causes probables de ce problème. Le problème est-il systématique ? Seulement l’hiver ? Voyons ensemble les différentes pistes à explorer pour solutionner votre problème.

 

Comment diagnostiquer l’origine d’un démarrage difficile ?

 

Il faut s’assurer d’être à jour de son entretien. Si le moteur peine à démarrer, il peut s’agir d’un filtre à carburant obstrué ou d’une pompe d’alimentation défectueuse. Il peut s’agir également d’une prise d’air dans le circuit de carburant ou d’un injecteur qui ne fait plus son travail.

 

Si le démarreur tourne au ralentie, orientez-vous vers une batterie trop faible qu’il faudra recharger ou remplacer. Si le démarreur ne tourne pas et émet un son inhabituel, il peut être bon à remplacer. Sur un moteur essence d’ancienne génération, il faudra faire attention aux bougies et à la tête d’allumeurs ainsi qu’à l’état des fils de bougies.

 

Comment faciliter le démarrage d’un véhicule en hiver ?

 

Pour un démarrage rapide en hiver, il faut surveiller l’état de sa batterie. C’est grâce à elle que le démarreur peut entrainer le moteur et alimenter les bougies. Si elle est âgée, sa puissance va diminuer jusqu’au moment où elle ne sera plus capable de délivrer une puissance suffisante.

 

Sa durée de vie est variable, entre 4 et 7 ans généralement. Son remplacement nécessite quelques compétences pour ne pas commettre d’erreur, il peut être plus prudent de faire appel à un professionnel. Si vous êtes en panne de batterie, il est possible de démarrer en se branchant sur la batterie d’un second véhicule, référez-vous à la notice d’utilisation de votre voiture.

 

Un autre élément important pour le démarrage sur les moteurs diesel, les bougies de préchauffage. Si l’une d’entre elles ne fonctionne pas comme il faut, le moteur va avoir du mal à démarrer et risque de fumer au démarrage. Il y a une par cylindre donc sur la plupart des voitures, il y en a 4. Leurs remplacements est recommandés lorsque l’une d’entre elles est défectueuse. Leur durée de vie peut atteindre 5 à 8 ans et 120 000 km voir plus.

 

Comment vérifier le voilage des roues de ma moto ?

 

Pour détecter une roue voilée, il faut l’observer ou passer par un professionnel de la moto qui saura la contrôler et la dévoilé s’il y a lieu.

 

Comment détecter qu’une roue de moto est voilée ?

 

Sur une portion de route plate et en bon état, vous pouvez voir si votre roue avant tourne normalement ou si le flanc oscille de gauche à droite sans raison. Si c’est le cas, votre roue a besoin d’être dévoilée.

 

Pour la roue arrière, il est impossible de le contrôler sans utiliser un levé moto qui permettra de décoller la roue du sol pour la faire tourner. En vous plaçant à l’arrière de la moto, vous pourrez voir si elle tourne droit ou si un voile la fait danser de gauche à droite.

 

Si vous réalisez le contrôle visuel par vous-même, assurez-vous de le faire en toute sécurité en immobilisant correctement votre 2 roues.

 

Comment dévoiler une roue de moto ?

 

Pour les roues à rayons, il est possible de rattraper le voile en jouant avec les rayons comme sur une roue de vélo. Il faut tendre ou détendre un ou plusieurs rayons afin de retrouver une roue parfaite. Mais cette opération est compliquée à réaliser pour un débutant.

 

Dans ce cas, il est plus sage de faire appel à un professionnel du monde de la moto qui saura réaliser cette opération rapidement pour moins de 30 € sur une jante à rayons. Pour les autres jantes, le travail est plus technique et son coût pourra atteindre 80 à 140 € suivant l’ampleur du voile.

 

En fonction du type de roues qui équipe votre moto, il sera peut-être aussi nécessaire de faire passer votre roue sur une machine spéciale permettant de réaliser un équilibrage.

Expertise avant achat de véhicule d’occasion

 

Saviez-vous que vous avez la possibilité de faire expertiser un véhicule d’occasion ? Cela a un coût, mais cela vous permettra d’avoir l’avis d’un véritable expert automobile indépendant avant de signer l’acte de cession.

 

Pourquoi faire appel à un expert automobile ?

 

Si nous connaissons tous le travail des experts automobiles pour les assurances en cas d’accident, certains sont spécialistes de l’expertise de véhicules d’occasion. Leur mission consiste à vérifier un véhicule autant d’un point de vue administratif que technique.

 

Lorsqu’on envisage l’achat d’un véhicule onéreux et que l’on n’est pas un spécialiste, il peut être judicieux de faire appel à un professionnel pour vérifier pour vous le véhicule et vous assurer que vous pouvez l’acheter en toute confiance.

 

L’expert contrôlera les documents du véhicule pour s’assurer qu’il est en règle et entretenu conformément aux prescriptions du constructeur. Il va chercher à déceler tout problème qui pourrait être caché tel qu’un accident mal réparé, un kilométrage incohérent, des pièces défectueuses, etc.

 

Il peut également aller contrôler un véhicule trop éloigné de votre résidence afin de vous permettre de l’acheter à distance en toute confiance. Il vous remettra un rapport complet sur l’état général du véhicule, son avis sur son entretien et sa valeur marchande.

 

Combien coûte une expertise avant achat d’un véhicule ?

 

Pour réaliser son expertise sur le véhicule d’occasion que vous désirez acheter, l’expert va devoir se déplacer et passer du temps autour du véhicule, l’essayer et rédiger son rapport. Ce travail représente plusieurs heures de travail.

 

Le coût d’une expertise d’un véhicule d’occasion va osciller entre 150 à 400 € suivant le degré d’expertise souhaité. Certaines sociétés d’expertise peuvent vous accompagner également dans la négociation du prix du véhicule.

 

Avec une expertise avant l’achat d’occasion de votre prochaine voiture, vous allez pouvoir signer le chèque de banque l’esprit serein. Vous serez au courant des imperfections du véhicule, des frais à prévoir et de sa véritable valeur marchande.

Les 10 meilleurs sites de vente de véhicules d’occasions

 

Pour trouver un véhicule d’occasion, Internet est une source précieuse qui vous permet de trouver pratiquement n’importe quel véhicule à vendre en France ou dans le monde.

 

Quels sont les sites dédiés à l’automobile ?

 

Les professionnels préfèrent vendre leurs véhicules d’occasion sur des sites Internet spécialisés dans la vente automobile qui proposent des annonces pour la plupart payantes ainsi que des services complémentaires comme la côte et les fiches techniques des modèles.

 

Certains sites vous permettent également de trouver des voitures à l’étranger comme Le Parking ou les variantes étrangères d’AutoScout24. Idéal pour profiter d’un tarif plus bas que sur le marché français, il faudra prévoir les frais d’importation dans ce cas pour pouvoir immatriculer le véhicule en France.

 

  1. fr 8,5 millions de visites par mois et 340 000 annonces
  2. fr 6,51 millions de visites par mois et environ 100 000 voitures en vente
  3. fr 1,57 million de visites par mois et 16 millions d’annonces dans le monde
  4. fr 1,52 million de visites par mois et environ 200 000 voitures en vente
  5. fr 1,2 million de visites par mois et 20 000 véhicules en vente en France

 

Où aller pour trouver des modèles spécifiques ?

 

LVA-Auto.fr : spécialiste des anciennes voitures, c’est le site privilégié pour les voitures de collection, de la simple YoungTimer au véritable véhicule de collection, le site propose plus de 2200 annonces de véhicules.

 

Veeze.fr : nouveau venu sur le marché de l’occasion, Veeze.fr ne propose que des voitures électriques ou hybrides rechargeables. Le site compte plus de 350 annonces.

 

Sur quel site généraliste peut-on acheter ou vendre un véhicule d’occasion ?

 

Si vous voulez un maximum de visibilité pour vendre votre voiture ou si vous cherchez à faire une affaire, les sites généralistes offrent de nombreuses annonces, mais la qualité n’est pas autant au rendez-vous que sur les sites spécialisés.

 

Néanmoins, il est possible de faire de bonnes affaires ou de vendre rapidement sa voiture en touchant un maximum de monde, mais aussi plus de curieux.

 

  1. fr 159,4 millions de visites par mois et 900 000 annonces automobiles
  2. fr 53,37 millions de visites par mois et 800 annonces
  3. fr 7,51 millions de visites par mois et 210 000 annonces automobiles

Voiture Française ou voiture Allemande ?

 

Chacune a ses partisans, certains sont chauvins et fidèles aux constructeurs français alors que ceux qui ont tenté l’aventure des modèles allemands ne veulent pas entendre parler des modèles français.

 

Pourquoi choisir un modèle français ?

 

Les raisons qui amènent à choisir une voiture d’un constructeur français sont variées, mais dans les plus réalistes, nous pouvons retenir que les véhicules de Renault, Peugeot et Citroën couvrent l’ensemble des besoins des citoyens. De la petite citadine essence ou électrique à la berline routière en passant par le SUV, les constructeurs français sont des généralistes.

 

Ils savent répondre aux besoins de leurs clients et le maillage des réseaux de distribution et de distribution leur assure une large visibilité et une plus grande facilité à trouver un garage de l’enseigne pour faire réparer et entretenir sa voiture. Si la fiabilité est globalement bonne, les voitures françaises décotent assez rapidement sur le marché de l’occasion et la finition est souvent un cran en dessous de leur homologue allemand.

 

Les Allemandes sont-elles si fiables ?

 

Si l’argument a été longtemps mis en avant par les propriétaires de véhicule allemand, et en particulier avec des marques premium comme Audi et Mercedes, la fiabilité n’a jamais été vraiment mauvaise chez les constructeurs français. Certains modèles ont connu des problèmes récurrents, mais cela est valable des deux côtés.

 

Cependant, les modèles allemands présentent quelques avantages. Tout d’abord, ils vieillissent généralement mieux, il suffit de monter dans une Mercedes de 200 000 km âgés de 10 ans et faire le même essai dans un véhicule français. Les bruits parasites, la qualité du plastique et des garnitures de sièges ne vieillissent pas aussi bien chez nous. Un autre avantage pour les véhicules allemands, ils vont conserver une cote élevée même après plusieurs années et un kilométrage important.

 

Une Peugeot 508 2.0 HDI âgée de 8 ans avec environ 160 000 km se négocie entre 6 000 et 7 500 € alors qu’une Audi A4 2.0 TDI du même âge avec un kilométrage identique va se trouver entre 10 000 et 12 500 €.

Automatique ou manuelle ?

 

Question de feeling ou d’habitude, les utilisateurs de boite mécanique n’aiment pas conduire une automatique en France et ceux qui roulent en automatique ne jurent que par cela.

 

La boite de vitesses mécanique pour la maitrise

 

Encore fortement majoritaire sur le marché européen et français en particulier, la boite mécanique offre 4 à 6 rapports pour la marche avant et la marche arrière. Le fonctionnement est simple, une fois que l’utilisation de la commande de boite avec l’embrayage est maitrisée.

 

Les conducteurs préférant utiliser une boite manuelle mettent souvent en avant le fait d’avoir l’impression de mieux maitriser le véhicule et ne pas avoir la sensation que le moteur tourne dans le vide à la moindre accélération.

 

Cependant, certains conducteurs ont tendance à laisser le pied posé sur la pédale d’embrayage ce qui engendre une usure avancée que ne connaitra pas la boite automatique. Son remplacement est couteux, atteignant souvent 1 000 € voir plus. Sa durée de vie varie entre 80 000 et 150 000 km suivant la conduite.

 

La boite automatique pour sa souplesse

 

Avec une boite automatique, la pédale d’embrayage disparaît et les à-coups au changement de vitesse aussi. Elle apporte une souplesse particulièrement agréable en ville et dans les bouchons, où l’on ne conduit plus que d’un pied avec la pédale de frein tant que la circulation est presque à l’arrêt.

 

La durée de vie de la plupart des boites de vitesses automatiques est souvent similaire à celle de la voiture et peut dépasser les 300 000 km dans la plupart des cas, à condition de respecter l’entretien recommandé par le constructeur de la boite.

 

Le juste milieu : la boite robotisée à double embrayage

 

Pour les indécis qui apprécient la maitrise d’une boite mécanique et la souplesse de conduite de la boite automatique, les constructeurs ont mis au point une solution intermédiaire avec la boite de vitesse robotisée, comportant généralement 6 à 8 rapports. On les trouve dans le groupe VAG sous l’appellation DSG ou S-Tronic et chez Renault sous l’appellation EDC.

 

Elle permet d’utiliser un mode séquentiel avec le levier de la boite de vitesses ou des palettes au volant ou de fonctionner en mode automatique, le tout sans pédale d’embrayage. Là aussi, la longévité est plutôt bonne en privilégiant les modèles fonctionnant avec de l’huile si la vidange est réalisée en temps et en heure.

Les véhicules électriques ?

 

Depuis quelques mois, elles font la une de l’actualité propulsée par les aides du gouvernement, les voitures électriques sont-elles une solution à vos déplacements quotidiens ?

 

Combien d’autonomie pour une voiture électrique ?

 

Si les premiers modèles de voitures électriques ont beaucoup amusé les passionnés de voiture de par leur performance ridicule que ce soit avec le chronomètre ou pour leur autonomie, la donne a bien changé depuis que le constructeur américain Tesla est arrivé sur le marché en 2012.

 

Il est maintenant possible d’acquérir une voiture électrique dotée d’une autonomie de 250 à 650 km, tout est une question de budget et d’utilisation. Le point faible pour l’autonomie, tout comme une voiture à énergie fossile, est les grandes vitesses.

 

Son autonomie diminue fortement sur autoroute à 130 km/h, mais cela n’empêche pas de parcourir de grande distance grâce à la recharge sur des bornes publiques.

 

Fiabilité et entretien : qu’en est-il vraiment ?

 

Que ce soit avec une Renault Zoé ou avec une Tesla Model S, les constructeurs ont su démontré que les voitures électriques modernes sont capable de rouler avec une fiabilité au moins équivalente si ce n’est plus élevé qu’un équivalent thermique.

 

Les batteries sont capables d’encaisser plusieurs centaines de milliers de kilomètres tout comme les moteurs électriques. Tesla a d’ailleurs proposé une garantie kilométrage illimitée pendant 8 ans sur ses premiers modèles, et plusieurs utilisés en tant que Taxi ou VTC ont parcouru des distances allant de 400 000 à 800 000 km sans gros problème.

 

D’un point de vue entretien, il se limite souvent au remplacement des pneumatiques et au remplissage du liquide lave-glace. Le moteur électrique ne nécessite pas d’huile ou de liquide refroidissement pour son fonctionnement. Il n’y a pas de courroie ou d’embrayage à remplacer. De plus, ces véhicules sont dotés du freinage régénératif, sorte de frein moteur très puissant, qui économise disques et plaquettes de frein.

 

La charge et la revente : comment appréhender ces deux points importants

 

Lorsque l’on achète une voiture, on regarde ses spécifications et en particulier sa consommation. Les données sont assez facilement vérifiables sur Internet. Il faut aussi s’assurer que le véhicule retrouvera preneur sur le marché de l’occasion pour ne pas l’avoir sur les bras jusqu’à la fin de sa vie.

 

Les voitures électriques sont très appréciées sur le marché de l’occasion, car elles sont fiables et économiques à l’usage. Le coût de la charge à domicile sur une simple prise 230 volts revient à 2,50 € pour 100 km, l’entretien étant quasiment inexistant hors pneumatique.

 

Une voiture électrique pourra donc se charger à domicile pour un prix très bas, mais cela nécessitera plusieurs heures branchées sur une prise. Il faudra 6 à 30 heures pour une charge complète suivant l’installation électrique. Mais il est aussi possible de charger sur une borne publique plus rapide.

 

Si certaines sont gratuites, d’autres assurent une charge très rapide, le temps d’une pause café sur l’autoroute et l’autonomie est passé de 20 à 80 % en 30 minutes.

Comment choisir son futur camping-car ?

 

Vous rêvez de découvrir le monde au volant d’un camping-car, mais vous ne savez pas comment choisir le modèle qu’il vous faut pour partir explorer les plus belles régions de France et d’Europe. Nous allons décrypter pour vous les différentes options.

 

Quel type de carrosserie de camping-car choisir ?

 

Il existe de nombreuses catégories de camping-car répondant à différents besoins. La première catégorie est le van. Existant depuis la fin des années 50, démocratisé par le célèbre Volkswagen Combi, il permet de loger 2 à 4 personnes dans un confort spartiate. Il peut être sympa pour des voyages courts à 2 voir 4. Il est aussi le plus accessible à l’achat et à l’entretien et se conduit facilement.

 

Viennent ensuite les modèles carrossés, basés sur un châssis-cabine d’un utilitaire que ce soit un Fiat Ducato ou un Mercedes Sprinter. Seule la cabine est conservée, le carrossier ajoute une cellule aménagée. Disponible en version profilée, plutôt adaptée pour 2 à 4 personnes avec un grand confort tout en réduisant la surconsommation avec une carrosserie plus aérodynamique.

 

Pour les familles avec plusieurs enfants, la version capucine est la plus adaptée. Elle dispose d’un lit 2 places au-dessus de la cabine ainsi que de lit superposé ou d’un grand lit à l’arrière, dit à la française. Il est possible de loger à 4 à 6 personnes dans ce type de camping-car. Il propose un bon compromis, mais est déjà plus encombrant et sa prise au vent est plus important engendrant une consommation plus élevée.

 

La dernière carrosserie proposée est l’intégral, basé sur un châssis d’utilitaire, le carrossier installe une cellule intégrant la cabine. Il est celui qui offre le plus d’espace. Il peut être décliné en châssis VL 3,5 tonnes ou en châssis PL nécessitant un permis C, mais offrant une grande charge utile. Il est idéal pour les grands voyages, car il offre un niveau d’équipement et de confort élevé.

 

Quel que soit le type de camping-car que vous envisagez d’acheter, préférer un modèle de grande diffusion pour trouver plus facilement les pièces de rechange. Pour les modèles d’occasion, choisissez un modèle bien entretenu pour que vos vacances se passent sans encombre.

 

 

 

Comment choisir sa future 2 roues ?

 

Dans le monde du 2 roues, il existe de très nombreux modèles qui correspondent à différents usages et qui peuvent être conduits en fonction du permis de conduire dont vous disposez.

 

Quelles sont les différentes catégories de 2 roues ?

 

Entre les scooters, les sportives, les roadsters, les customs, les trails ou encore les routières, il n’est pas évident de trouver le 2 roues qui va correspondre à notre usage.

 

Allez-vous utiliser votre 2 roues en ville, dans la forêt, à la campagne ? Est-ce un usage occasionnel ou quotidien ? Uniquement à la belle saison ou toute l’année peu importe qu’il pleuve ou qu’il neige ? Ces différents points permettent de faire du trie devant la multitude de modèles qui existent en neuf et en occasion.

 

Le budget que vous voulez consacrer à l’achat de votre moto est un point important également tout comme le permis de conduire dont vous êtes titulaire.

 

Comment choisir le type de 2 roues qui me correspond ?

 

Pour les citadins qui recherchent un moyen rapide de se déplacer et pour se faufiler dans la circulation, un scooter offre une bonne alternative. Différentes motorisations sont disponibles pour s’adapter à vos exigences. Mais si vous souhaitez aussi vous balader, le week-end à la campagne, le choix d’un trial offre la polyvalence au quotidien. Pour une version plus confortable, optez pour un Roadster.

 

Pour les plus branchés, les passionnés de moto, le choix se fera entre le custom ou la sportive. Deux mentalités différentes pour une même passion. Le custom s’adresse plus au puriste, aux fans de Harley-Davidson alors que les sportives s’adressent à ceux qui aiment la vitesse, la puissance et les fortes accélérations et qui ont la mentalité d’un pilote plus que celle d’un motard.

 

Enfin, pour les amoureux des anciennes, il existe les classiques arborant leur style néo-rétro rappelant les origines de la moto, de son évolution au cours des décennies. Et pour ceux qui n’hésitent pas à enfourcher leur bécane pour de grands voyages, la routière est celle qu’il vous faut, assurant confort et performance.

Comment choisir sa future voiture ?

Au moment de choisir un nouveau véhicule, il faut s’interroger sur l’usage que l’on aura au cours des prochaines années pour adapter sa recherche à ses propres critères.

Quel sera l’usage de ma future voiture ?

Allez-vous rouler beaucoup ? Estimer votre kilométrage annuel en regardant les derniers contrôles techniques de votre véhicule actuel. Cela vous aidera à choisir la motorisation de votre prochaine voiture.

Quels sont vos parcours habituels ? Vous ne vous déplacez qu’en ville ou en proche périphérie ? Vous prenez souvent l’autoroute ? Vous voyagez seul ou en famille généralement ? Allez-vous utiliser ce véhicule pour partir en vacances ? Dans quelle région habitez-vous ?

Ces quelques questions vont vous aider à décider de la taille du véhicule qu’il vous faut ainsi que de sa puissance. Une petite citadine avec un petit moteur essence 3 cylindres ne sera pas adapté à un usage en haute montagne.

Allez-vous changer de travail prochainement ? Vous pourriez être amené à faire plus de kilomètres qu’actuellement et vous pourriez opter pour une motorisation diesel ou hybride dans ce cas. Au contraire, vous allez vous rapprocher de votre travail, une essence ou une électrique peut être la bonne solution. Et si la famille s’agrandit ? Une grande berline ou un SUV sont peut-être à envisager.

Comment définir le budget d’achat de votre prochaine voiture ?

En ayant répondu aux premières questions, vous avez déjà une idée plus précise de vos besoins pour les prochaines années. Il vous restera à savoir quel investissement réalisé pour couvrir vos besoins.

Si vos critères ont mis en lumière certains modèles, commencer par consulter les annonces sur les sites spécialisés et à consulter également la côte de l’occasion. Cela vous permettra de définir le budget nécessaire à l’achat de votre nouveau véhicule.

Il ne reste plus qu’à juxtaposer votre projet avec vos finances pour établir ce qui est possible ou non. Vous pouvez également contacter votre banque pour connaitre votre capacité d’emprunt pour affiner votre budget.

Comment choisir son SUV ?

 

Au moment de changer de voiture, il est important de définir ses besoins pour choisir un modèle de SUV adapté à son quotidien et à son foyer.

 

Quels critères prendre en compte pour choisir un SUV ?

 

Pour choisir un nouveau SUV, il vous faut réfléchir à l’utilisation de votre véhicule. Les SUV sont des véhicules polyvalents qui offrent une position de conduite surélevée sécurisante. Il faudra choisir également l’énergie alimentant le moteur de votre futur SUV : essence, diesel, GPL voir électrique ?

 

Si vous roulez beaucoup, un moteur diesel sera certainement le plus adapté, mais si vous roulez peu une version essence ou GPL peut être une bonne solution, plus économique à l’achat. Vous pourrez aussi choisir entre des versions 2 roues motrices ou 4×4 offrant une meilleure adhérence dans les conditions difficiles, idéal si vous les chemins de campagne ou la montagne font partie de votre quotidien.

 

Certains modèles offrent également une configuration 7 places pour les grandes familles, c’est un point à regarder à l’achat qui peut aussi impacter la revente plus tard. Les versions avec plus de place sont assez recherchées sur le marché de l’occasion.

 

Quel est le prix l’achat d’un SUV ?

 

Pour un SUV neuf, les prix varient entre 9 000 € pour un Dacia Duster essence et plus de 100 000 € pour les grands modèles des marques Premium. Il existe une majorité de modèles autour de 35 000 € qui offrent une motorisation adaptée à ce type de véhicule et un niveau de confort assez élevé.

 

Est-ce que l’entretien d’un SUV coûte cher ?

 

La plupart des SUV ont un coût d’entretien équivalent à une berline familiale ou à un monospace. Les motorisations et les boites de vitesses sont également identiques, ce sont des pièces fiabilisées et éprouvées.

 

Les versions à 4 roues motrices nécessiteront une vidange du pont arrière tous les 60 à 80 000 km en général. Les pneus des SUV peuvent coûter un peu plus cher, mais sans excès suivant les dimensions.

 

 

La cote automobile

 

Comment connaître la valeur de sa voiture ou d’un modèle que l’on souhaite acheter ? Le plus simple est de se référer à une cote, établie par des professionnels de l’automobile.

 

Qu’est-ce qu’une cote

 

Elle est née en France en 1927 via le journal L’argus et n’a cessé d’être publiée depuis. Elle permet de connaître la valeur d’un véhicule en fonction de son année de mise en circulation, de sa motorisation, de sa finition et de ses options tout en tenant compte de son kilométrage.

 

Elle est utilisée autant par les professionnels que par les particuliers pour estimer la valeur d’un véhicule mis à la vente pour en établir son prix en fonction du cours moyen Argus correspondant à un état correct pour son âge et disposant d’un contrôle technique à jour sans contre-visite.

 

Renseignez-vous sur la côte auto de votre véhicule d’occasion avant de définir le montant de votre offre.                                                                        

La côte automobile des véhicules n’est pas une science exacte, c’est une indication brute.                         Pour être cohérente elle doit être ajusté avec d’autres informations comme l’état d’usure général du véhicule, la quantité disponible sur le marché VS la demande sur ce modèle, et les impressions du public (etc…).

 

 

Comment utiliser une cote automobile

 

Si la cote Argus est la référence pour les professionnels, elle a tendance à être légèrement sous-estimée par rapport au prix du marché sur laquelle est sensé se baser. Elle permet de définir une valeur de base pour un modèle donnée et d’ajuster le prix en fonction de son état, des frais récents effectués ou des travaux de remises en état à faire ainsi que sur le kilométrage.

 

Il suffit de saisir les différents paramètres pour obtenir une estimation précise de la valeur du véhicule. Cela permet d’établir le prix de vente. Si la cote Argus a tendance à être inférieure au prix du marché, celle proposée par le site de La Centrale est assez représentative de la valeur des véhicules et présente l’avantage d’être gratuite même pour les particuliers.

 

Vous allez pouvoir estimer le prix que vaut réellement un véhicule avant de le vendre ou l’acheter. En le combinant avec une recherche sur Internet de modèles équivalent à la vente, vous pourrez estimer avec justesse le prix d’une voiture actuellement.

La carte grise

 

La carte grise, autrement appelé Certificat d’immatriculation, est le document officiel qui permet d’identifier un véhicule de plus de 500 Kg de PTAC quel qu’il soit (voiture, moto, remorque, caravane, tracteur agricole, etc.) et d’indiquer qui en est son propriétaire.

 

Quelles sont les mentions d’une carte grise

 

Le certificat d’immatriculation d’un véhicule comporte de nombreuses mentions codifiées. Il n’est pas toujours évident de savoir à quoi cela correspond. Voici un glossaire des principales mentions pour vous aider à déchiffrer la carte grise.

 

A : Numéro d’immatriculation

B : Date de première mise en circulation

C.1 à C.4 : Identification du propriétaire du véhicule et de celui qui en dispose (LOA-LLD)

D.1 : Marque du véhicule

D.2 : Type

D.3 : Dénomination commerciale

E : VIN – Numéro d’identification du véhicule (numéro de série qui doit être mentionné sur le châssis)

F.1 et F.2 : Masse du véhicule isolé (PTAC)

G.1 : Poids à vide

  1. : Date du présent certificat d’immatriculation

J : Catégorie du véhicule

J.1 : Genre national

J.2 et J.3 : Carrosserie

K : Numéro de réception par type

P.1 : Cylindrée en cm3

P.2 : Puissance en kW (multiplié par 1,35 pour obtenir les chevaux)

P.3 : Type de carburant

P.6 : Puissance administrative

S.1 : Nombre de place assise

X.1 : Date du prochain contrôle technique lors de l’émission de la carte grise

 

Comment changer le titulaire d’une carte grise ?

 

Si vous venez d’acheter un véhicule, vous devez faire le changement de titulaire de son certificat d’immatriculation afin de le mettre à votre nom. Vous pouvez effectuer votre démarche en ligne sur le site de l’ANTS ou bien vous adresser à un professionnel habilité qui fera la démarche pour vous.

 

Vous disposez d’un mois pour effectuer le changement du certificat d’immatriculation à compter de la date de signature de l’acte de vente. Si vous dépassez ce délai, vous êtes passible d’une amende pouvant atteindre 750 € lors d’un contrôle routier.

 

En cas de changement de nom suite à un divorce ou un mariage, vous pouvez effectuer la démarche également en ligne pour mettre à jour votre certificat d’immatriculation.

 

Le contrôle technique

 

Rendu obligatoire depuis le janvier 1992 pour les véhicules de moins de 3,5 tonnes, le contrôle technique a pour objectif de vérifier l’état général d’un véhicule conformément aux règlementations en vigueur.

 

Quand faire son contrôle technique ?

 

Pour les véhicules neufs, le premier contrôle technique doit être fait au plus tard le jour du quatrième anniversaire de la première mise en circulation du véhicule que vous trouverez sur la carte grise.

 

Ensuite, une visite périodique doit être effectuée tous les 2 ans pour pouvoir continuer à rouler. En cas d’anomalie constatée sur le véhicule, une contre-visite doit être réalisée dans les 2 mois suivant le premier contrôle.

 

Si une défaillance majeure est constatée, sans interdiction de circuler, vous aurez deux mois pour remettre le véhicule en état et le représenter à la contre-visite. Si une défaillance critique est relevée, le contrôle ne vous permettra de rouler que le jour de celui-ci pour déposer votre véhicule dans un garage qui remettra votre véhicule en état pour pouvoir le présenter à la contre-visite avant la fin des deux mois.

 

Pour ceux qui ont un véhicule de type utilitaire, que ce soit une Renault Clio commerciale ou une Citroën Berlingo, une visite antipollution est obligatoire chaque année.

 

Comment préparer sa voiture au contrôle technique ?

 

Le contrôleur va évaluer l’état de votre véhicule en vérifiant 133 points de contrôle qui concerne entre autres la pollution, le freinage, la suspension, l’éclairage, les pneumatiques, les ceintures de sécurité et l’état de la carrosserie et des vitrages.

 

Avant de présenter votre véhicule au contrôle technique, vous pouvez demander à votre garagiste de contrôler votre véhicule en effectuant un précontrôle qui permettra de détecter toute anomalie et de la réparer avant le passage du contrôle technique officiel.

 

Pensez également à vérifier le bon fonctionnement de l’éclairage et à faire les niveaux d’huile, de liquide de refroidissement, mais aussi de lave-glace. Les contrôleurs vont demanderont également d’enlever les sièges enfants, anticiper cette demande pour gagner du temps lors du contrôle.

Le carnet d’entretien

À leur sortie de concession, tous les véhicules neufs sont livrés avec un carnet d’entretien qui permet de suivre les révisions effectuées sur le véhicule. Sur les modèles les plus récents, il peut être intégré dans l’ordinateur de bord et consulter à bord du véhicule.

À quoi sert un carnet d’entretien ?

Le carnet d’entretien comporte généralement trois parties. La première permet d’identifier le véhicule avec son numéro de série (VIN), son immatriculation et sa première mise en circulation. La seconde partie est constituée du plan d’entretien défini par le constructeur. Il détaille les opérations qui doivent être réalisées suivant une échéance en année ou en kilomètres parcourus pour maintenir le véhicule en bon état.

La dernière partie concerne l’entretien réalisé au cours de la vie du véhicule, il est rempli par le garage qui entretient le véhicule et détaille les opérations effectuées telles que vidange du moteur, remplacement des filtres, échange de la courroie de distribution et de la courroie accessoire ainsi que d’autres opérations comme l’entretien de la climatisation.

Faut-il fuir les véhicules sans carnet d’entretien ?

Si le véhicule que vous envisagez d’acheter est récent et qu’il ne dispose pas de son carnet d’entretien à jour, cela peut être signe d’une négligence du propriétaire. S’il n’est pas obligatoire pour la vente, il retrace le parcours de la voiture.

En son absence, le propriétaire doit être en mesure de vous fournir les factures d’entretien et le contrôle technique pour vous assurer que le véhicule a été correctement suivi. Vérifiez l’immatriculation et le kilométrage indiqué sur chaque facture pour vous assurer qu’il s’agit bien du bon véhicule.

Les véhicules plus anciens n’ont souvent plus le carnet d’entretien, car il est souvent égaré au cours des reventes antérieures du véhicule. Si le propriétaire est en mesure de fournir la preuve de l’entretien du véhicule et un contrôle technique récent prouvant son bon état, le risque est faible. Mais en l’absence du livret d’entretien ou de factures, passer votre chemin.

 

Le certificat de non-gage

 

Également appelé “certificat de situation administrative“ le certificat de non-gage permet d’indiquer si une automobile est gagée par un organisme de crédit qui en interdirait la vente ou s’il fait l’objet d’une opposition administrative qui rendrait sa vente impossible.

 

Quand faire la demande du certificat de non-gage ?

 

Vous pouvez à tout moment faire une demande de certificat de situation administrative sur Internet sur le site dédié à cet effet. Ce certificat de non-gage devra être obligatoirement remis à l’acheteur d’un véhicule d’occasion afin de l’informer qu’aucune opposition administrative ne l’empêche de se porter acquéreur de celui-ci.

 

À quoi sert un certificat de non-gage ou de situation administrative ?

 

Lors de la vente d’un véhicule, le vendeur doit remettre un certificat de situation administrative daté de moins de 15 jours afin d’attester que la voiture est libre de tout gage d’un établissement financier ou d’une opposition administrative interdisant le transfert de propriété (lors d’une saisie ou d’un vol par exemple).

 

L’achat d’un véhicule à l’aide de crédit auprès d’un établissement financier peut être assorti à la mise en gage du véhicule, ce qui interdira sa vente tant que le crédit n’est pas entièrement remboursé.

 

Il permet à l’acheteur de prendre connaissance de la situation administrative du véhicule et d’acheter un véhicule en étant sûr qu’il n’y a pas d’opposition qui ne lui permettrait pas d’obtenir un nouveau certificat d’immatriculation à son nom.

 

Sans ce certificat, il est impossible d’obtenir une nouvelle carte grise par l’acquéreur. La formalité est simple à réaliser sur Internet, le vendeur d’un véhicule a tout intérêt à le faire avant de présenter le véhicule à des acheteurs pour les rassurer sur son droit de vendre l’auto au regard de la loi.

 

 

 

 

Le certificat d’étanchéité́ pour camping-car

 

L’humidité est un fléau dans les véhicules de loisirs. Si les constructeurs offrent une garantie pour les infiltrations d’eau de plusieurs années, elle est assujettie à un contrôle d’étanchéité périodique. Il est aussi une garantie du bon état du véhicule lors de l’achat d’un camping-car d’occasion.

 

Qu’est-ce que le certificat d’étanchéité pour camping-car ?

 

Le certificat d’étanchéité est un document délivré par un professionnel des véhicules de loisirs équipés du matériel de contrôle adéquat. Il atteste de la bonne étanchéité aux infiltrations d’eau de la cellule et permet de maintenir la garantie étanchéité du constructeur.

 

Sans ce document, la garantie de ne peut s’appliquer. Il doit donc être réalisé à une périodicité précise définie dans les conditions de la garantie et conservée dans le dossier d’entretien du véhicule pour le présenter si un problème d’humidité se présente pendant la période couverte par la garantie.

 

Combien coute un contrôle d’étanchéité d’un camping-car ?

 

Généralement, cette prestation est facturée une centaine d’euros et doit être effectuée chaque année pendant la période de garantie. Cependant, certains constructeurs de camping-cars ou distributeurs offrent cette prestation pendant la période de garantie.

 

À la fin de la période de garantie, il est possible d’effectuer ce test soit même, en achetant un appareil dédié à la détection d’humidité dans les parois, mais l’opération est fastidieuse et doit être correctement réalisée.

 

Contrôle de l’étanchéité pour l’achat d’un camping-car d’occasion

 

Si vous projetez d’acheter un camping-car d’occasion, quel que soit son âge, il est fortement recommandé de demander qu’un contrôle de l’étanchéité soit effectué avant la vente. Il est également préférable que ce contrôle soit effectué par un professionnel qui va engager sa responsabilité.

 

L’humidité peut causer de gros dommages sur les parois ou plafond des camping-cars nécessitant le remplacement des panneaux complet de carrosserie. Cette opération est très couteuse, plusieurs milliers d’euros par panneau à remplacer, mieux vaut éviter de prendre le moindre risque.

Le contrôle technique moto

 

S’il n’est pas encore obligatoire en France, l’Union européenne souhaite l’imposer à tous les États membres d’ici à 2022. Mais qui sera concerné par ce nouveau contrôle obligatoire ?

 

Quel 2 roues sera concerné par le contrôle technique moto ?

 

À compter du 1er janvier 2022, le contrôle technique moto sera obligatoire dans tous les pays européens. Le gouvernement français avait prévu son instauration des 2017, mais a repoussé la réforme à cette nouvelle date.

 

La directive européenne 2014/45/UE indique que le contrôle technique des deux-roues rentrant dans les catégories L3e, L4e, L5e et L7e seront concernées dès lors que la cylindrée du moteur dépasse 125 cm3. Cela signifie que les scooter, moto, quad et autre quadricycle doté d’un moteur de plus de 125 cm3 et pouvant rouler à plus de 45 km/h seront soumis au futur contrôle technique moto.

 

Quelle périodicité pour le nouveau contrôle technique moto ?

 

S’il est appliqué comme pour l’automobile, le contrôle technique moto devra être effectué dans les 6 mois précédents le quatrième anniversaire de la première mise en circulation du véhicule. Ensuite, un contrôle périodique tous les deux ans sera à effectuer. En cas de non-respect de cette obligation, le contrevenant s’exposerait à une amende pouvant atteindre 750 €.

 

Le gouvernement n’a pas donné plus de précision depuis les annonces en 2015 de Manuel Valls.

 

Quels points seront vérifiés lors du contrôle technique moto ?

 

Les différents points contrôlés seront certainement assez proches du contrôle technique pour automobile avec le contrôle de l’identification du véhicule, les équipements de freinage, la direction, la visibilité, l’éclairage, les roues, pneumatique et suspension, le châssis, les équipements ainsi que les nuisances sonores et la pollution.

 

Pour le moment, le gouvernement français n’a pas encore donné le détail des points contrôlés pour les deux roues.

Les voitures Hybrides

L’électrification des voitures est de plus en plus fréquente dans les modèles neufs ou récents. Avant de franchir le cap du véhicule tout électrique, la voiture hybride est une bonne alternative entre économie de carburant, limitation des émissions polluantes et autonomie.

Quelle est la différence entre une voiture Hybride et une hybride rechargeable ?

Il existe trois degrés d’hybridation actuellement sur les voitures hybrides. La plus connue est l’hybride simple, souvent nommé HEV. Il s’agit d’une voiture dotée d’un moteur thermique essence ou diesel classique épaulé par un moteur électrique qui va aider le véhicule lors des phases de démarrage ou de relance en utilisant uniquement la motorisation électrique ou en combinant les deux énergies. La plus connue d’entre elles est la Toyota Prius qui existe depuis plus de 20 ans.

Enfin, il existe l’hybride rechargeable qui combine les avantages de la voiture électrique avec ceux de la voiture thermique. Vous disposez d’une batterie de plus grosse capacité qui va vous permettre de rouler entièrement en mode électrique sur plusieurs dizaines de kilomètres et jusqu’à 100 à 130 km/h généralement.

Si vous parcourez 30 à 45 km par jour, vous pouvez rouler entièrement uniquement avec le moteur électrique. En contrepartie, il faut brancher la voiture sur une borne de recharge ou sur une prise électrique classique à domicile. Le moteur électrique prend le relais pour vous offrir davantage d’autonomie pour les grands parcours.

Quelle est la fiabilité d’une voiture hybride ?

Comme évoqué précédemment, la Toyota Prius a mis en avant la fiabilité de ce type de motorisation. Les moteurs électriques ont une grande durée de vie et ne nécessitent quasiment aucun entretien. Les batteries, dites de traction, sont également très fiables. Elles peuvent parcourir 300 à 400 000 km.

À l’usage, quel est le coût d’une voiture hybride ?

Une voiture hybride coûte 15 à 20 % plus cher qu’une voiture équivalente à motorisation thermique simple. Mais son surcoût est amorti avec l’utilisation de la motorisation électrique. Pour les versions hybrides rechargeables, il est possible de rouler à 80% du temps en électrique hors grand déplacement.

Est-ce qu’une voiture hybride se revendra bien d’occasion ?

Les règles de plus en plus strictes pour la circulation des véhicules vont encourager de plus en plus l’achat de ce type de véhicule qui aura le droit de circuler dans les agglomérations imposant des restrictions. Il sera donc plus facile de revendre une voiture hybride ou hybride rechargeable dans les prochaines années qu’une simple voiture thermique considérée comme plus polluante.

Vérification d’un véhicule d’occasion avant l’achat

Avant d’acheter un véhicule d’occasion, il est nécessaire de vérifier un certain nombre de points pour s’assurer de l’état et de la conformité de la voiture pour effectuer un achat serein.

Quels documents contrôler avant l’achat ?

La première étape est de vérifier que les papiers du véhicule soient à jours et qu’ils correspondent au véhicule que l’on vous présente. La carte grise doit être au nom de la personne qui vous vend le véhicule. Tout retard dans le changement du certificat d’immatriculation engendrera des complications et des frais supplémentaires.

Vous devrez également vous assurer que le contrôle technique à moins de 6 mois pour les véhicules de 4 ans et plus, sinon il devra être repassé pour pouvoir obtenir une nouvelle carte grise à votre nom. Ce sera également l’occasion de vérifier l’état général du véhicule.

Si le véhicule dispose d’un carnet d’entretien, il vous permettra de vérifier que le véhicule a été suivi. Si le propriétaire ne peut pas le présenter, il doit disposer de factures d’entretien. Cela sera aussi l’occasion de vérifier la concordance du kilométrage avec celui affiché au tableau de bord.

Comment contrôler un véhicule ?

Il est préférable de pouvoir inspecter un véhicule propre à l’intérieur comme à l’extérieur, c’est un signe que son actuel propriétaire est soigneux. Vérifier l’état de la carrosserie, l’alignement des portes et capots pour détecter les traces d’un choc mal réparé.

Moteur éteint, ouvrez le capot pour inspecter le moteur. Assurez-vous qu’il n’y ait pas de traces de fuite récente qui pourrait nécessiter une réponse. Vérifier les niveaux d’huile, de liquide de refroidissement et de liquide de frein également. Faites démarrer le véhicule et soyez attentif au bruit du moteur, notamment les couinements qui pourraient le signe d’une courroie de distribution fatiguée ou d’un problème d’alternateur ou encore de compresseur de clim.

Passer à l’intérieur, vérifiez à présent le bon fonctionnement des équipements tels que vitres électriques, toit ouvrant, essuie-glaces, climatisation ainsi que le bon état des ceintures de sécurité.

Il est temps de faire un essai routier pour s’assurer que le véhicule roule bien, sans point dur dans la direction et avec un freinage efficace. Soyez attentif à tous les bruits qui pourraient indiquer une faiblesse d’un élément important comme la suspension. Assurez-vous du bon fonctionnement du moteur et de la boite de vitesse. Au moindre doute, renseignez-vous auprès d’un professionnel pour éviter les mauvaises surprises.

Les arnaques aux véhicules d’occasion

 

Le marché du véhicule d’occasion représente environ 6 000 000 de transaction chaque année. Les 2/3 des transactions se font entre particuliers, mais dans le lot il existe de nombreuses arnaques. Entre les vices cachés dans 22,7 % des cas et les faux chèques de banque dans 13,3 % des escroqueries, la prudence est de mise.

 

Quelles précautions prendre avant l’achat d’un véhicule d’occasion ?

 

Que vous soyez vendeur ou acheteur d’un véhicule d’occasion, vous devez rester prudent lors d’une transaction. Entre les faux moyens de paiement et les véhicules trafiqués ou volés, l’arnaque peut arriver à tout le monde et coûter cher.

 

Avant tout chose, un acheteur doit voir le véhicule avant de l’acheter et vérifier les documents de celui-ci. La carte grise doit être au nom du vendeur, les numéros de séries et d’immatriculation doivent correspondent à la voiture que l’on vous présente.

 

Il faut être particulièrement vigilant à la concordance des informations autant visuelles que celles données par le vendeur. Une voiture affichant 50 000 km, mais qui a des pédales usées, des sièges aux garnitures écrasés et déchirés est souvent louche.

 

Si vous vous adressez à un garage, prenez le temps de faire une recherche sur Internet pour trouver des avis sur le vendeur, s’il y a de nombreux témoignages vous pourrez rapidement vous faire une idée de la fiabilité de l’entreprise.

 

Soyez attentif à tous les détails lors de votre inspection du véhicule, n’hésitez pas à vous faire accompagner d’un ami ayant de bonnes connaissances en mécanique. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez mandater un de nos garages partenaires qui vous fera un examen détaillé du véhicule .

 

Quel recours en cas d’arnaque ?

 

Vous pouvez vous renseigner auprès de votre compagnie d’assurance si vous avez une assistance juridique dans votre contrat. Elle pourra vous guider en fonction de votre litige.

 

Si vous pouvez prouver l’escroquerie, que ce soit sur le paiement ou sur l’état réel de la voiture, avec une expertise par exemple prouvant un mauvais état, un vice caché ou un compteur kilométrique trafiqué, vous pourrez porter l’affaire devant la justice, mais les procédures sont longues et pendant ce temps personne ne vous indemnise.

L’acte de vente

 

L’acte de vente d’une voiture, appelé officiellement « certificat de cession d’un véhicule d’occasion » est le document qui indique le transfert de propriété d’un véhicule doté d’un certificat d’immatriculation.

 

À quoi sert un acte de vente ?

 

Le certificat de cession d’un véhicule d’occasion permet d’identifier les parties au contrat, à savoir l’ancien propriétaire cédant le bien, le nouveau propriétaire et de désigner le véhicule qui fait l’objet de la vente. Il reprendra les informations présentes sur la carte grise (certificat d’immatriculation) ainsi que les informations sur la cession (date de la cession, kilométrage du véhicule lors de la vente).

 

Faut-il obligatoirement remplir un acte de vente ?

 

Sans un acte de vente signé par les deux parties, dûment complété, il sera impossible au nouveau propriétaire d’obtenir un certificat d’immatriculation à son nom. Il est donc impératif de remplir ce document de type formulaire Cerfa.

 

Comment obtenir un certificat de cession d’un véhicule d’occasion ?

 

Il existe deux méthodes pour obtenir le certificat de cession d’un véhicule d’occasion correspondant au formulaire Cerfa 15776*02. Vous pouvez le remplir en ligne directement sur le site Service-Public.fr ou bien choisir de le télécharger pour l’imprimer et le remplir à la main sans ratures et en lettres capitales.

 

Dans tous les cas, il est recommandé autant à l’acheteur qu’au vendeur de vérifier l’identité de chacune des parties pour s’assurer que le formulaire Cerfa est rempli correctement, sans fautes ni erreurs sur le nom ou l’adresse de l’une des parties, ce qui pourrait compromettre l’obtention d’un nouveau certificat d’immatriculation.

Le permis de conduire jeune conducteur

 

Lorsqu’un jeune conducteur obtient son premier permis de conduire auto ou moto, il devient titulaire d’un permis probatoire crédité de 6 points. Il ne pourra obtenir ses 12 points qu’au terme d’un délai de 3 ans sans infractions.

 

Qu’elle est la durée d’un permis probatoire

 

Le permis de conduire probatoire est délivré à l’obtention d’un examen de conduite pour la catégorie A ou B. Si le permis de conduire est obtenu par la voie classique, la période probatoire est de 3ans.

 

Dans le cas de l’obtention du permis par le biais d’apprentissages anticipée de la conduite, autrement dit la conduite accompagnée, la période probatoire est réduite à 2 ans.

 

Comment mettre fin à la période probatoire ?

 

Pendant cette période probatoire, le conducteur se voit doté d’un permis de conduire limité à 6 points. Il n’obtiendra les 12 points qu’à la fin de la période probatoire s’il n’a pas commis d’infraction ayant donné lieu à un retrait de points.

 

Son capital de 6 points est augmenté de 2 ou 3 points par année, sans infraction, suivant s’il a obtenu son permis de conduire par la méthode classique ou par l’apprentissage anticipé afin qu’il puisse devenir titulaire de 12 points à la fin de sa période probatoire.

 

Comment réduire la durée de la période probatoire ?

 

Il est possible de réduire la durée de la période probatoire en suivant un stage “postpermis“ dans les 6 à 12 mois suivant la date d’obtention du permis de conduire. Ces stages ont pour objectif de sensibiliser les nouveaux conducteurs au risque routier et de limiter la prise de confiance rapide pouvant amener à l’accident.

 

En suivant un stage “postpermis“ la durée probatoire passe à 2 ans au lieu de 3 ans pour un permis classique, et de 2 ans à 18 mois pour les personnes ayant suivant l’apprentissage anticipé de la conduite.

Les vices cachés

 

Au regard de la loi, article 1641 du Code civil, un vice caché est une avarie sur un véhicule, mais dont le vendeur ignore l’existence. Lorsque le vendeur est au courant du problème, on parle alors de dol.

 

Qu’est-ce qu’un vice caché sur une voiture ?

 

Un vice caché est une anomalie constatée sur un véhicule après la vente de celui-ci par un vendeur qui ignorait le problème lors de la cession. Un véhicule vendu alors qu’une pièce est défectueuse, mais non décelable lors de l’essai tel que le joint de culasse ou le turbocompresseur peut être considéré comme un vice caché.

 

La découverte d’un vice caché peut engendrer l’annulation de la vente avec restitution du véhicule au vendeur en échange de son remboursement.

 

Quel est le délai pour réagir lors de la découverte d’un vice caché ?

 

Conformément au Code civil, article 1648, vous disposez d’un délai de 2 ans à partir du moment où vous découvrez le vice caché. Vous devez en informer le vendeur rapidement par courrier recommandé tout en démontrant que le défaut constaté est antérieur à la vente, une expertise est souvent le meilleur moyen de prouver le vice caché.

 

Une fois que le vendeur a été informé du vice caché, il dispose de 8 jours pour vous trouver une issue amiable au problème. Réparer le véhicule à ses frais, le rembourser en échange de sa restitution en prenant les frais éventuels comme un dépannage sur la route ou vous proposer de vous rembourser une partie du prix de la vente.

 

Si la solution proposée par le vendeur n’est pas satisfaisante, vous pourrez faire un recours en justice pour obtenir réparation en fonction du jugement qui sera rendu.

Les ventes aux enchères de véhicules

 

Il se vend aux enchères chaque année environ 300 000 véhicules d’occasion en France. Ce canal d’achat a le vent en poupe depuis une dizaine d’années avec à la clé de réelles économies sur le prix d’achat du véhicule.

 

Comment acheter un véhicule aux enchères ?

 

Vous pouvez vous rendre dans une salle des ventes pour assister à la vente des véhicules et enchérir sur celui qui vous plait ou vous pouvez le faire depuis chez vous devant votre ordinateur.

 

Vous devez au préalable avoir identifié le modèle que vous recherchez et vérifier les informations indiquées par le vendeur pour estimer le prix que vous être prêt à payer pour acquérir le véhicule. Ne vous laissez pas emporter par l’euphorie des enchères, fixer une limite pour le véhicule et abandonner quand ce prix est dépassé.

 

Combien peut-on économiser sur un véhicule acheté aux enchères ?

 

Les spécialistes du secteur estiment qu’il est possible de réaliser une économie allant jusqu’à 20 % sur un véhicule vendu aux enchères, tout dépend de la concurrence le jour de l’enchère et de l’intérêt du modèle.

 

Le prix moyen d’un véhicule vendu aux enchères en 2019 était de 5 000 € ce qui signifie qu’il y a des véhicules pour tous les budgets, mais il faut faire attention à choisir le bon véhicule pour ne pas transformer l’opération en gouffre financier.

 

N’oubliez pas que lors d’une vente aux enchères, vous devrez vous acquitter de frais de vente à régler également lors de l’achat d’un véhicule. Il s’élève généralement entre 10 à 15 % du véhicule.

 

Faut-il se déplacer pour contrôler l’état du véhicule avant l’enchère ?

 

C’est effectivement recommandé, contrôler le véhicule est important, il vous permet de déceler des problèmes avant l’achat et éviter de devoir payer des réparations non prévues après les enchères. Cependant, il n’est pas possible d’essayer le véhicule avant la vente.

 

Certaines sociétés de ventes aux enchères proposent une inspection complète du véhicule avec un rapport détaillé autant sur la partie mécanique que sur la carrosserie, cela permet d’acheter un véhicule à distance en toute confiance.

 

Il est souvent proposé une garantie en option, il peut être judicieux de regarder les conditions du contrat proposé et de souscrire une durée minimale de 3 mois à un 1 an pour se prémunir des mauvaises surprises, car une fois que vous avez acheté un véhicule aux enchères, vous ne pouvez plus vous retourner contre le vendeur.

 

https://www.chekoto.com/wp-content/uploads/2020/12/ctrl-rpd-picture.png
Quand faire la vidange de mon auto

Quand faire la vidange de mon auto ? Le moteur de votre voiture doit être régulièrement vidangé....

Quand faire la vidange de mon auto ?

Le moteur de votre voiture doit être régulièrement vidangé. Cette opération de maintenance prévoit le remplacement de l’huile qui sert à lubrifier les éléments en mouvement. On remplace également le filtre à huile lors de cette vidange.

Quelle est la périodicité de la vidange moteur ?

Les différents éléments en mouvement dans le moteur de votre auto ont besoin d’être lubrifiés pour fonctionner sans échauffement. Pour cela, les constructeurs automobiles ont recouru à l’huile. Mais avec le temps celle-ci se dégrade entre la chaleur du moteur et le mouvement répété de chaque pièce.

Il est donc nécessaire de remplacer cette huile régulièrement pour garantir un bon fonctionnement du moteur ainsi que sa longévité. Généralement, la vidange est à faire une fois par an. Certains moteurs peuvent supporter un remplacement au bout de deux ans. L’écart entre deux vidanges est généralement de 10 000 km à 30 000 km suivant la motorisation qui équipe votre véhicule.

Que faut-il savoir pour réaliser sa vidange ?

Avant toute chose, et cela dès l’achat du véhicule, il vous faut consulter le livret d’entretien du véhicule pour savoir quand a été réalisé la dernière révision incluant la vidange du moteur et connaître la périodicité à respecter, suivant les préconisations du constructeur. Chaque moteur est différent, il faut donc suivre les prescriptions données par son fabricant.

Il faut aussi tenir compte de votre usage du véhicule. Si le livret d’entretien mentionne une vidange tous les 30 000 km sans indiquer l’intervalle de temps entre chaque révision et que vous ne parcourez que 5 000 km par an, il ne faudra pas attendre d’avoir atteint les 30 000 km. L’huile se dégrade aussi avec le temps. Une vidange tous les deux ans au maximum semble raisonnable pour les petits rouleurs.

De même, un véhicule qui ne sera utilisé qu’en ville verra son huile se dégrader plus rapidement qu’un véhicule parcourant des trajets autoroutiers. En ville, nous roulons peu et la moyenne horaire est faible, mais les heures de fonctionnement du moteur sont bien réelles. Il faudra donc diviser par deux les intervalles de vidange pour préserver son moteur.

Quand changer ses balais d’essuis glace

Quand changer ses balais d’essuie-glace ? La visibilité au volant de votre voiture est importante....

Quand changer ses balais d’essuie-glace ?

La visibilité au volant de votre voiture est importante. La qualité et l’usure des balais d’essuie-glace doivent être contrôlées plusieurs fois dans l’année pour ne pas être pris de court les jours de forte pluie.

Comment contrôler ses balais d’essuie-glace ?

Si vous avez remarqué lors de la dernière pluie que vos balais d’essuie-glace laissaient un voile après leur passage ou qu’ils n’essuyaient pas totalement la zone où ils passent, vous pouvez considérer qu’ils sont bons à remplacer. De même, dès qu’ils commencent à faire du bruit alors qu’il pleut toujours, l’usure est déjà avancée.

Visuellement, pour contrôler l’état de vos balais d’essuie-glace, commencer par les soulever légèrement du pare-brise pour vous assurer que la lame soit intacte, droite et sans déchirures. Au moindre signe d’usure, vous devez les remplacer. C’est une opération simple que vous pouvez réaliser vous-même en quelques minutes.

De plus, si votre véhicule n’est pas utilisé souvent et que vos balais d’essuie-glace sont âgés de plusieurs années, vous devrez également prévoir leur remplacement.

Quand faut-il changer ses balais d’essuie-glace ?

Idéalement, le remplacement des balais d’essuie-glace devrait être effectué deux fois par an. Une première fois au printemps, après que les balais aient subi les affres de l’hiver, avec le gel, le sel sur les routes et des journées humides qui nous auront conduits à fortement les solliciter.

Mais il faut aussi prévoir leur remplacement à l’automne pour s’assurer d’avoir des balais en parfait état avant l’hiver pour faire face aux journées pluvieuses de l’automne et à l’hiver qui approche. L’été, les balais d’essuie-glace sont peu utilisés, leur immobilité dans la même position et le soleil va rapidement dégrader la qualité du caoutchouc et donc réduire à néant la qualité d’essuyage.

Comment remplir le réservoir de lave glace

Comment remplir le réservoir de lave-glace ? Il n’y a rien de plus énervant que de se retrouver à...

Comment remplir le réservoir de lave-glace ?

Il n’y a rien de plus énervant que de se retrouver à court de lave-glace lors d’un départ en vacances le soir ou en plein hiver un jour de salage des routes. Mais comment remplir son réservoir de lave-glace ?

Que faut-il faire pour remplir son réservoir de lave-glace ?

Avant toute chose, consulter la notice d’utilisation de votre véhicule qui vous indiquera la procédure à suivre. Généralement, le bocal de lave-glace se trouve sous le capot moteur à l’avant de la voiture. Certaines voitures disposent d’un second réservoir placé dans le coffre pour l’essuie-glace de la lunette arrière.

Il faut commencer par ouvrir le capot du véhicule à l’aide de la commande de déverrouillage qui est, en principe, placé sous le volant au-dessus des pédales du conducteur, puis déverrouiller le capot en enlevant la sécurité accessible au-dessus ou dans la calandre suivant le modèle de voiture. Une fois le capot ouvert, si celui-ci n’est pas doté de vérins pour le maintenir ouvert, assurez-vous de placer correctement la béquille pour tenir le capot ouvert en toute sécurité.

Il ne vous reste plus qu’à identifier le réservoir de lave-glace qui se trouve sur l’un des côtés du moteur. Son bouchon de couleur permet de l’identifier grâce à un dessin représentant le jet du lave-glace. Ouvrez le bouchon et faites l’appoint sans faire déborder le réservoir. Une fois effectuée, fermer le bouchon et le capot correctement en vous assurant que ce dernier soit bien verrouillé.

Quel lave-glace pour quelle saison ?

Si certains ont tendance à mettre de l’eau dans le réservoir de lave-glace, cela est fortement déconseillé pour plusieurs raisons. L’eau n’a pas le même pouvoir détergeant que les véritables liquides lave-glace automobile. De plus, elle peut contenir du calcaire qui va finir par obstruer les buses de lave-glace et la pompe ce qui les rendra inutilisables. Enfin, l’eau peut geler pendant l’hiver, ce qui fera exploser les conduites et le réservoir en lui-même.

Il est recommandé de choisir un lave-glace démoustiquant, à mettre au printemps lorsque les gelés sont finis, celui-ci enlèvera facilement les insectes qui vont venir s’écraser sur votre parebrise dès les beaux jours arrivés. Et à l’automne, il vaut mieux choisir un liquide lave-glace résistant au gel jusqu’à -15 ou – 25 °C suivant votre région afin qu’il reste efficace par temps froid.

Mon véhicule a du mal à démarrer, que faire ?

Si votre véhicule rencontre des difficultés à démarrer, il faut essayer d’identifier les causes probables...

Si votre véhicule rencontre des difficultés à démarrer, il faut essayer d’identifier les causes probables de ce problème. Le problème est-il systématique ? Seulement l’hiver ? Voyons ensemble les différentes pistes à explorer pour solutionner votre problème.

Comment diagnostiquer l’origine d’un démarrage difficile ?

Il faut s’assurer d’être à jour de son entretien. Si le moteur peine à démarrer, il peut s’agir d’un filtre à carburant obstrué ou d’une pompe d’alimentation défectueuse. Il peut s’agir également d’une prise d’air dans le circuit de carburant ou d’un injecteur qui ne fait plus son travail.

Si le démarreur tourne au ralentie, orientez-vous vers une batterie trop faible qu’il faudra recharger ou remplacer. Si le démarreur ne tourne pas et émet un son inhabituel, il peut être bon à remplacer. Sur un moteur essence d’ancienne génération, il faudra faire attention aux bougies et à la tête d’allumeurs ainsi qu’à l’état des fils de bougies.

Comment faciliter le démarrage d’un véhicule en hiver ?

Pour un démarrage rapide en hiver, il faut surveiller l’état de sa batterie. C’est grâce à elle que le démarreur peut entrainer le moteur et alimenter les bougies. Si elle est âgée, sa puissance va diminuer jusqu’au moment où elle ne sera plus capable de délivrer une puissance suffisante.

Sa durée de vie est variable, entre 4 et 7 ans généralement. Son remplacement nécessite quelques compétences pour ne pas commettre d’erreur, il peut être plus prudent de faire appel à un professionnel. Si vous êtes en panne de batterie, il est possible de démarrer en se branchant sur la batterie d’un second véhicule, référez-vous à la notice d’utilisation de votre voiture.

Un autre élément important pour le démarrage sur les moteurs diesel, les bougies de préchauffage. Si l’une d’entre elles ne fonctionne pas comme il faut, le moteur va avoir du mal à démarrer et risque de fumer au démarrage. Il y a une par cylindre donc sur la plupart des voitures, il y en a 4. Leurs remplacements est recommandés lorsque l’une d’entre elles est défectueuse. Leur durée de vie peut atteindre 5 à 8 ans et 120 000 km voir plus.

Comment vérifier le voilage des roues de ma moto

Comment vérifier le voilage des roues de ma moto ? Pour détecter une roue voilée, il faut l’observer...

Comment vérifier le voilage des roues de ma moto ?

Pour détecter une roue voilée, il faut l’observer ou passer par un professionnel de la moto qui saura la contrôler et la dévoilé s’il y a lieu.

Comment détecter qu’une roue de moto est voilée ?

Sur une portion de route plate et en bon état, vous pouvez voir si votre roue avant tourne normalement ou si le flanc oscille de gauche à droite sans raison. Si c’est le cas, votre roue a besoin d’être dévoilée.

Pour la roue arrière, il est impossible de le contrôler sans utiliser un levé moto qui permettra de décoller la roue du sol pour la faire tourner. En vous plaçant à l’arrière de la moto, vous pourrez voir si elle tourne droit ou si un voile la fait danser de gauche à droite.

Si vous réalisez le contrôle visuel par vous-même, assurez-vous de le faire en toute sécurité en immobilisant correctement votre 2 roues.

Comment dévoiler une roue de moto ?

Pour les roues à rayons, il est possible de rattraper le voile en jouant avec les rayons comme sur une roue de vélo. Il faut tendre ou détendre un ou plusieurs rayons afin de retrouver une roue parfaite. Mais cette opération est compliquée à réaliser pour un débutant.

Dans ce cas, il est plus sage de faire appel à un professionnel du monde de la moto qui saura réaliser cette opération rapidement pour moins de 30 € sur une jante à rayons. Pour les autres jantes, le travail est plus technique et son coût pourra atteindre 80 à 140 € suivant l’ampleur du voile.

En fonction du type de roues qui équipe votre moto, il sera peut-être aussi nécessaire de faire passer votre roue sur une machine spéciale permettant de réaliser un équilibrage.

Expertise avant achat de véhicule d'occasion

Expertise avant achat de véhicule d’occasion Saviez-vous que vous avez la possibilité de faire expertiser...

Expertise avant achat de véhicule d’occasion

Saviez-vous que vous avez la possibilité de faire expertiser un véhicule d’occasion ? Cela a un coût, mais cela vous permettra d’avoir l’avis d’un véritable expert automobile indépendant avant de signer l’acte de cession.

Pourquoi faire appel à un expert automobile ?

Si nous connaissons tous le travail des experts automobiles pour les assurances en cas d’accident, certains sont spécialistes de l’expertise de véhicules d’occasion. Leur mission consiste à vérifier un véhicule autant d’un point de vue administratif que technique.

Lorsqu’on envisage l’achat d’un véhicule onéreux et que l’on n’est pas un spécialiste, il peut être judicieux de faire appel à un professionnel pour vérifier pour vous le véhicule et vous assurer que vous pouvez l’acheter en toute confiance.

L’expert contrôlera les documents du véhicule pour s’assurer qu’il est en règle et entretenu conformément aux prescriptions du constructeur. Il va chercher à déceler tout problème qui pourrait être caché tel qu’un accident mal réparé, un kilométrage incohérent, des pièces défectueuses, etc.

Il peut également aller contrôler un véhicule trop éloigné de votre résidence afin de vous permettre de l’acheter à distance en toute confiance. Il vous remettra un rapport complet sur l’état général du véhicule, son avis sur son entretien et sa valeur marchande.

Combien coûte une expertise avant achat d’un véhicule ?

Pour réaliser son expertise sur le véhicule d’occasion que vous désirez acheter, l’expert va devoir se déplacer et passer du temps autour du véhicule, l’essayer et rédiger son rapport. Ce travail représente plusieurs heures de travail.

Le coût d’une expertise d’un véhicule d’occasion va osciller entre 150 à 400 € suivant le degré d’expertise souhaité. Certaines sociétés d’expertise peuvent vous accompagner également dans la négociation du prix du véhicule.

Avec une expertise avant l’achat d’occasion de votre prochaine voiture, vous allez pouvoir signer le chèque de banque l’esprit serein. Vous serez au courant des imperfections du véhicule, des frais à prévoir et de sa véritable valeur marchande.

Les 10 meilleurs sites de vente de véhicules d'occasion

Pour trouver un véhicule d’occasion, Internet est une source précieuse qui vous permet de trouver pratiquement...

Pour trouver un véhicule d’occasion, Internet est une source précieuse qui vous permet de trouver pratiquement n’importe quel véhicule à vendre en France ou dans le monde.

Quels sont les sites dédiés à l’automobile ?

Les professionnels préfèrent vendre leurs véhicules d’occasion sur des sites Internet spécialisés dans la vente automobile qui proposent des annonces pour la plupart payantes ainsi que des services complémentaires comme la côte et les fiches techniques des modèles.

Certains sites vous permettent également de trouver des voitures à l’étranger comme Le Parking ou les variantes étrangères d’AutoScout24. Idéal pour profiter d’un tarif plus bas que sur le marché français, il faudra prévoir les frais d’importation dans ce cas pour pouvoir immatriculer le véhicule en France.

  1. LaCentrale.fr 8,5 millions de visites par mois et 340 000 annonces
  2. LArgus.fr 6,51 millions de visites par mois et environ 100 000 voitures en vente
  3. LeParking.fr 1,57 million de visites par mois et 16 millions d’annonces dans le monde
  4. AutoScout24.fr 1,52 million de visites par mois et environ 200 000 voitures en vente
  5. AutoSphere.fr 1,2 million de visites par mois et 20 000 véhicules en vente en France

Où aller pour trouver des modèles spécifiques ?

LVA-Auto.fr : spécialiste des anciennes voitures, c’est le site privilégié pour les voitures de collection, de la simple YoungTimer au véritable véhicule de collection, le site propose plus de 2200 annonces de véhicules.

Veeze.fr : nouveau venu sur le marché de l’occasion, Veeze.fr ne propose que des voitures électriques ou hybrides rechargeables. Le site compte plus de 350 annonces.

Sur quel site généraliste peut-on acheter ou vendre un véhicule d’occasion ?

Si vous voulez un maximum de visibilité pour vendre votre voiture ou si vous cherchez à faire une affaire, les sites généralistes offrent de nombreuses annonces, mais la qualité n’est pas autant au rendez-vous que sur les sites spécialisés.

Néanmoins, il est possible de faire de bonnes affaires ou de vendre rapidement sa voiture en touchant un maximum de monde, mais aussi plus de curieux.

  1. LeBonCoin.fr 159,4 millions de visites par mois et 900 000 annonces automobiles
  2. Ebay.fr 53,37 millions de visites par mois et 800 annonces
  3. ParuVendu.fr 7,51 millions de visites par mois et 210 000 annonces automobiles

Voiture Française ou voiture Allemande

Voiture Française ou voiture Allemande ? Chacune a ses partisans, certains sont chauvins et fidèles...

Voiture Française ou voiture Allemande ?

Chacune a ses partisans, certains sont chauvins et fidèles aux constructeurs français alors que ceux qui ont tenté l’aventure des modèles allemands ne veulent pas entendre parler des modèles français.

Pourquoi choisir un modèle français ?

Les raisons qui amènent à choisir une voiture d’un constructeur français sont variées, mais dans les plus réalistes, nous pouvons retenir que les véhicules de Renault, Peugeot et Citroën couvrent l’ensemble des besoins des citoyens. De la petite citadine essence ou électrique à la berline routière en passant par le SUV, les constructeurs français sont des généralistes.

Ils savent répondre aux besoins de leurs clients et le maillage des réseaux de distribution et de distribution leur assure une large visibilité et une plus grande facilité à trouver un garage de l’enseigne pour faire réparer et entretenir sa voiture. Si la fiabilité est globalement bonne, les voitures françaises décotent assez rapidement sur le marché de l’occasion et la finition est souvent un cran en dessous de leur homologue allemand.

Les Allemandes sont-elles si fiables ?

Si l’argument a été longtemps mis en avant par les propriétaires de véhicule allemand, et en particulier avec des marques premium comme Audi et Mercedes, la fiabilité n’a jamais été vraiment mauvaise chez les constructeurs français. Certains modèles ont connu des problèmes récurrents, mais cela est valable des deux côtés.

Cependant, les modèles allemands présentent quelques avantages. Tout d’abord, ils vieillissent généralement mieux, il suffit de monter dans une Mercedes de 200 000 km âgés de 10 ans et faire le même essai dans un véhicule français. Les bruits parasites, la qualité du plastique et des garnitures de sièges ne vieillissent pas aussi bien chez nous. Un autre avantage pour les véhicules allemands, ils vont conserver une cote élevée même après plusieurs années et un kilométrage important.

Une Peugeot 508 2.0 HDI âgée de 8 ans avec environ 160 000 km se négocie entre 6 000 et 7 500 € alors qu’une Audi A4 2.0 TDI du même âge avec un kilométrage identique va se trouver entre 10 000 et 12 500 €.

Automatique ou manuelle

Automatique ou manuelle ? Question de feeling ou d’habitude, les utilisateurs de boite mécanique...

Automatique ou manuelle ?

Question de feeling ou d’habitude, les utilisateurs de boite mécanique n’aiment pas conduire une automatique en France et ceux qui roulent en automatique ne jurent que par cela.

La boite de vitesses mécanique pour la maitrise

Encore fortement majoritaire sur le marché européen et français en particulier, la boite mécanique offre 4 à 6 rapports pour la marche avant et la marche arrière. Le fonctionnement est simple, une fois que l’utilisation de la commande de boite avec l’embrayage est maitrisée.

Les conducteurs préférant utiliser une boite manuelle mettent souvent en avant le fait d’avoir l’impression de mieux maitriser le véhicule et ne pas avoir la sensation que le moteur tourne dans le vide à la moindre accélération.

Cependant, certains conducteurs ont tendance à laisser le pied posé sur la pédale d’embrayage ce qui engendre une usure avancée que ne connaitra pas la boite automatique. Son remplacement est couteux, atteignant souvent 1 000 € voir plus. Sa durée de vie varie entre 80 000 et 150 000 km suivant la conduite.

La boite automatique pour sa souplesse

Avec une boite automatique, la pédale d’embrayage disparaît et les à-coups au changement de vitesse aussi. Elle apporte une souplesse particulièrement agréable en ville et dans les bouchons, où l’on ne conduit plus que d’un pied avec la pédale de frein tant que la circulation est presque à l’arrêt.

La durée de vie de la plupart des boites de vitesses automatiques est souvent similaire à celle de la voiture et peut dépasser les 300 000 km dans la plupart des cas, à condition de respecter l’entretien recommandé par le constructeur de la boite.

Le juste milieu : la boite robotisée à double embrayage

Pour les indécis qui apprécient la maitrise d’une boite mécanique et la souplesse de conduite de la boite automatique, les constructeurs ont mis au point une solution intermédiaire avec la boite de vitesse robotisée, comportant généralement 6 à 8 rapports. On les trouve dans le groupe VAG sous l’appellation DSG ou S-Tronic et chez Renault sous l’appellation EDC.

Elle permet d’utiliser un mode séquentiel avec le levier de la boite de vitesses ou des palettes au volant ou de fonctionner en mode automatique, le tout sans pédale d’embrayage. Là aussi, la longévité est plutôt bonne en privilégiant les modèles fonctionnant avec de l’huile si la vidange est réalisée en temps et en heure.

Les véhicules électriques

Les véhicules électriques ? Depuis quelques mois, elles font la une de l’actualité propulsée par...

Les véhicules électriques ?

Depuis quelques mois, elles font la une de l’actualité propulsée par les aides du gouvernement, les voitures électriques sont-elles une solution à vos déplacements quotidiens ?

Combien d’autonomie pour une voiture électrique ?

Si les premiers modèles de voitures électriques ont beaucoup amusé les passionnés de voiture de par leur performance ridicule que ce soit avec le chronomètre ou pour leur autonomie, la donne a bien changé depuis que le constructeur américain Tesla est arrivé sur le marché en 2012.

Il est maintenant possible d’acquérir une voiture électrique dotée d’une autonomie de 250 à 650 km, tout est une question de budget et d’utilisation. Le point faible pour l’autonomie, tout comme une voiture à énergie fossile, est les grandes vitesses.

Son autonomie diminue fortement sur autoroute à 130 km/h, mais cela n’empêche pas de parcourir de grande distance grâce à la recharge sur des bornes publiques.

Fiabilité et entretien : qu’en est-il vraiment ?

Que ce soit avec une Renault Zoé ou avec une Tesla Model S, les constructeurs ont su démontré que les voitures électriques modernes sont capable de rouler avec une fiabilité au moins équivalente si ce n’est plus élevé qu’un équivalent thermique.

Les batteries sont capables d’encaisser plusieurs centaines de milliers de kilomètres tout comme les moteurs électriques. Tesla a d’ailleurs proposé une garantie kilométrage illimitée pendant 8 ans sur ses premiers modèles, et plusieurs utilisés en tant que Taxi ou VTC ont parcouru des distances allant de 400 000 à 800 000 km sans gros problème.

D’un point de vue entretien, il se limite souvent au remplacement des pneumatiques et au remplissage du liquide lave-glace. Le moteur électrique ne nécessite pas d’huile ou de liquide refroidissement pour son fonctionnement. Il n’y a pas de courroie ou d’embrayage à remplacer. De plus, ces véhicules sont dotés du freinage régénératif, sorte de frein moteur très puissant, qui économise disques et plaquettes de frein.

La charge et la revente : comment appréhender ces deux points importants

Lorsque l’on achète une voiture, on regarde ses spécifications et en particulier sa consommation. Les données sont assez facilement vérifiables sur Internet. Il faut aussi s’assurer que le véhicule retrouvera preneur sur le marché de l’occasion pour ne pas l’avoir sur les bras jusqu’à la fin de sa vie.

Les voitures électriques sont très appréciées sur le marché de l’occasion, car elles sont fiables et économiques à l’usage. Le coût de la charge à domicile sur une simple prise 230 volts revient à 2,50 € pour 100 km, l’entretien étant quasiment inexistant hors pneumatique.

Une voiture électrique pourra donc se charger à domicile pour un prix très bas, mais cela nécessitera plusieurs heures branchées sur une prise. Il faudra 6 à 30 heures pour une charge complète suivant l’installation électrique. Mais il est aussi possible de charger sur une borne publique plus rapide.

Si certaines sont gratuites, d’autres assurent une charge très rapide, le temps d’une pause café sur l’autoroute et l’autonomie est passé de 20 à 80 % en 30 minutes.

Comment choisir son futur camping-car ?

Comment choisir son futur camping-car ? Vous rêvez de découvrir le monde au volant d’un camping-car,...

Comment choisir son futur camping-car ?

Vous rêvez de découvrir le monde au volant d’un camping-car, mais vous ne savez pas comment choisir le modèle qu’il vous faut pour partir explorer les plus belles régions de France et d’Europe. Nous allons décrypter pour vous les différentes options.

Quel type de carrosserie de camping-car choisir ?

Il existe de nombreuses catégories de camping-car répondant à différents besoins. La première catégorie est le van. Existant depuis la fin des années 50, démocratisé par le célèbre Volkswagen Combi, il permet de loger 2 à 4 personnes dans un confort spartiate. Il peut être sympa pour des voyages courts à 2 voir 4. Il est aussi le plus accessible à l’achat et à l’entretien et se conduit facilement.

Viennent ensuite les modèles carrossés, basés sur un châssis-cabine d’un utilitaire que ce soit un Fiat Ducato ou un Mercedes Sprinter. Seule la cabine est conservée, le carrossier ajoute une cellule aménagée. Disponible en version profilée, plutôt adaptée pour 2 à 4 personnes avec un grand confort tout en réduisant la surconsommation avec une carrosserie plus aérodynamique.

Pour les familles avec plusieurs enfants, la version capucine est la plus adaptée. Elle dispose d’un lit 2 places au-dessus de la cabine ainsi que de lit superposé ou d’un grand lit à l’arrière, dit à la française. Il est possible de loger à 4 à 6 personnes dans ce type de camping-car. Il propose un bon compromis, mais est déjà plus encombrant et sa prise au vent est plus important engendrant une consommation plus élevée.

La dernière carrosserie proposée est l’intégral, basé sur un châssis d’utilitaire, le carrossier installe une cellule intégrant la cabine. Il est celui qui offre le plus d’espace. Il peut être décliné en châssis VL 3,5 tonnes ou en châssis PL nécessitant un permis C, mais offrant une grande charge utile. Il est idéal pour les grands voyages, car il offre un niveau d’équipement et de confort élevé.

Quel que soit le type de camping-car que vous envisagez d’acheter, préférer un modèle de grande diffusion pour trouver plus facilement les pièces de rechange. Pour les modèles d’occasion, choisissez un modèle bien entretenu pour que vos vacances se passent sans encombre.

Comment choisir sa future 2 roues

Comment choisir sa future 2 roues ? Dans le monde du 2 roues, il existe de très nombreux modèles...

Comment choisir sa future 2 roues ?

Dans le monde du 2 roues, il existe de très nombreux modèles qui correspondent à différents usages et qui peuvent être conduits en fonction du permis de conduire dont vous disposez.

Quelles sont les différentes catégories de 2 roues ?

Entre les scooters, les sportives, les roadsters, les customs, les trails ou encore les routières, il n’est pas évident de trouver le 2 roues qui va correspondre à notre usage.

Allez-vous utiliser votre 2 roues en ville, dans la forêt, à la campagne ? Est-ce un usage occasionnel ou quotidien ? Uniquement à la belle saison ou toute l’année peu importe qu’il pleuve ou qu’il neige ? Ces différents points permettent de faire du trie devant la multitude de modèles qui existent en neuf et en occasion.

Le budget que vous voulez consacrer à l’achat de votre moto est un point important également tout comme le permis de conduire dont vous êtes titulaire.

Comment choisir le type de 2 roues qui me correspond ?

Pour les citadins qui recherchent un moyen rapide de se déplacer et pour se faufiler dans la circulation, un scooter offre une bonne alternative. Différentes motorisations sont disponibles pour s’adapter à vos exigences. Mais si vous souhaitez aussi vous balader, le week-end à la campagne, le choix d’un trial offre la polyvalence au quotidien. Pour une version plus confortable, optez pour un Roadster.

Pour les plus branchés, les passionnés de moto, le choix se fera entre le custom ou la sportive. Deux mentalités différentes pour une même passion. Le custom s’adresse plus au puriste, aux fans de Harley-Davidson alors que les sportives s’adressent à ceux qui aiment la vitesse, la puissance et les fortes accélérations et qui ont la mentalité d’un pilote plus que celle d’un motard.

Enfin, pour les amoureux des anciennes, il existe les classiques arborant leur style néo-rétro rappelant les origines de la moto, de son évolution au cours des décennies. Et pour ceux qui n’hésitent pas à enfourcher leur bécane pour de grands voyages, la routière est celle qu’il vous faut, assurant confort et performance.

Comment choisir son SUV ?

Au moment de changer de voiture, il est important de définir ses besoins pour choisir un modèle de SUV...

Au moment de changer de voiture, il est important de définir ses besoins pour choisir un modèle de SUV adapté à son quotidien et à son foyer.

Quels critères prendre en compte pour choisir un SUV ?

Pour choisir un nouveau SUV, il vous faut réfléchir à l’utilisation de votre véhicule. Les SUV sont des véhicules polyvalents qui offrent une position de conduite surélevée sécurisante. Il faudra choisir également l’énergie alimentant le moteur de votre futur SUV : essence, diesel, GPL voir électrique ?

Si vous roulez beaucoup, un moteur diesel sera certainement le plus adapté, mais si vous roulez peu une version essence ou GPL peut être une bonne solution, plus économique à l’achat. Vous pourrez aussi choisir entre des versions 2 roues motrices ou 4x4 offrant une meilleure adhérence dans les conditions difficiles, idéal si vous les chemins de campagne ou la montagne font partie de votre quotidien.

Certains modèles offrent également une configuration 7 places pour les grandes familles, c’est un point à regarder à l’achat qui peut aussi impacter la revente plus tard. Les versions avec plus de place sont assez recherchées sur le marché de l’occasion.

Quel est le prix l’achat d’un SUV ?

Pour un SUV neuf, les prix varient entre 9 000 € pour un Dacia Duster essence et plus de 100 000 € pour les grands modèles des marques Premium. Il existe une majorité de modèles autour de 35 000 € qui offrent une motorisation adaptée à ce type de véhicule et un niveau de confort assez élevé.

Est-ce que l’entretien d’un SUV coûte cher ?

La plupart des SUV ont un coût d’entretien équivalent à une berline familiale ou à un monospace. Les motorisations et les boites de vitesses sont également identiques, ce sont des pièces fiabilisées et éprouvées.

Les versions à 4 roues motrices nécessiteront une vidange du pont arrière tous les 60 à 80 000 km en général. Les pneus des SUV peuvent coûter un peu plus cher, mais sans excès suivant les dimensions.

La cote automobile

La cote automobile Comment connaître la valeur de sa voiture ou d’un modèle que l’on souhaite acheter ?...

La cote automobile

Comment connaître la valeur de sa voiture ou d’un modèle que l’on souhaite acheter ? Le plus simple est de se référer à une cote, établie par des professionnels de l’automobile.

Qu’est-ce qu’une cote

Elle est née en France en 1927 via le journal L’argus et n’a cessé d’être publiée depuis. Elle permet de connaître la valeur d’un véhicule en fonction de son année de mise en circulation, de sa motorisation, de sa finition et de ses options tout en tenant compte de son kilométrage.

Elle est utilisée autant par les professionnels que par les particuliers pour estimer la valeur d’un véhicule mis à la vente pour en établir son prix en fonction du cours moyen Argus correspondant à un état correct pour son âge et disposant d’un contrôle technique à jour sans contre-visite.

Renseignez-vous sur la côte auto de votre véhicule d’occasion avant de définir le montant de votre offre.                                                                        

La côte automobile des véhicules n’est pas une science exacte, c’est une indication brute.      Pour être cohérente elle doit être ajusté avec d’autres informations comme l’état d’usure général du véhicule, la quantité disponible sur le marché VS la demande sur ce modèle, et les impressions du public (etc…).

Comment utiliser une cote automobile

Si la cote Argus est la référence pour les professionnels, elle a tendance à être légèrement sous-estimée par rapport au prix du marché sur laquelle est sensé se baser. Elle permet de définir une valeur de base pour un modèle donnée et d’ajuster le prix en fonction de son état, des frais récents effectués ou des travaux de remises en état à faire ainsi que sur le kilométrage.

Il suffit de saisir les différents paramètres pour obtenir une estimation précise de la valeur du véhicule. Cela permet d’établir le prix de vente. Si la cote Argus a tendance à être inférieure au prix du marché, celle proposée par le site de Lacentrale.fr est assez représentative de la valeur des véhicules et présente l’avantage d’être gratuite même pour les particuliers.

La carte grise

La carte grise La carte grise, autrement appelé Certificat d’immatriculation, est le document officiel...

La carte grise

La carte grise, autrement appelé Certificat d’immatriculation, est le document officiel qui permet d’identifier un véhicule de plus de 500 Kg de PTAC quel qu’il soit (voiture, moto, remorque, caravane, tracteur agricole, etc.) et d’indiquer qui en est son propriétaire.

Quelles sont les mentions d’une carte grise

Le certificat d’immatriculation d’un véhicule comporte de nombreuses mentions codifiées. Il n’est pas toujours évident de savoir à quoi cela correspond. Voici un glossaire des principales mentions pour vous aider à déchiffrer la carte grise.

A : Numéro d’immatriculation

B : Date de première mise en circulation

C.1 à C.4 : Identification du propriétaire du véhicule et de celui qui en dispose (LOA-LLD)

D.1 : Marque du véhicule

D.2 : Type

D.3 : Dénomination commerciale

E : VIN – Numéro d’identification du véhicule (numéro de série qui doit être mentionné sur le châssis)

F.1 et F.2 : Masse du véhicule isolé (PTAC)

G.1 : Poids à vide

  1. : Date du présent certificat d’immatriculation

J : Catégorie du véhicule

J.1 : Genre national

J.2 et J.3 : Carrosserie

K : Numéro de réception par type

P.1 : Cylindrée en cm3

P.2 : Puissance en kW (multiplié par 1,35 pour obtenir les chevaux)

P.3 : Type de carburant

P.6 : Puissance administrative

S.1 : Nombre de place assise

X.1 : Date du prochain contrôle technique lors de l’émission de la carte grise

Comment changer le titulaire d’une carte grise ?

Si vous venez d’acheter un véhicule, vous devez faire le changement de titulaire de son certificat d’immatriculation afin de le mettre à votre nom. Vous pouvez effectuer votre démarche en ligne sur le site de l’ANTS ou bien vous adresser à un professionnel habilité qui fera la démarche pour vous.

Vous disposez d’un mois pour effectuer le changement du certificat d’immatriculation à compter de la date de signature de l’acte de vente. Si vous dépassez ce délai, vous êtes passible d’une amende pouvant atteindre 750 € lors d’un contrôle routier.

En cas de changement de nom suite à un divorce ou un mariage, vous pouvez effectuer la démarche également en ligne pour mettre à jour votre certificat d’immatriculation.

Le carnet d'entretien

Le carnet d’entretien À leur sortie de concession, tous les véhicules neufs sont livrés avec un carnet...

Le carnet d’entretien

À leur sortie de concession, tous les véhicules neufs sont livrés avec un carnet d’entretien qui permet de suivre les révisions effectuées sur le véhicule. Sur les modèles les plus récents, il peut être intégré dans l’ordinateur de bord et consulter à bord du véhicule.

À quoi sert un carnet d’entretien ?

Le carnet d’entretien comporte généralement trois parties. La première permet d’identifier le véhicule avec son numéro de série (VIN), son immatriculation et sa première mise en circulation. La seconde partie est constituée du plan d’entretien défini par le constructeur. Il détaille les opérations qui doivent être réalisées suivant une échéance en année ou en kilomètres parcourus pour maintenir le véhicule en bon état.

La dernière partie concerne l’entretien réalisé au cours de la vie du véhicule, il est rempli par le garage qui entretient le véhicule et détaille les opérations effectuées telles que vidange du moteur, remplacement des filtres, échange de la courroie de distribution et de la courroie accessoire ainsi que d’autres opérations comme l’entretien de la climatisation.

Faut-il fuir les véhicules sans carnet d’entretien ?

Si le véhicule que vous envisagez d’acheter est récent et qu’il ne dispose pas de son carnet d’entretien à jour, cela peut être signe d’une négligence du propriétaire. S’il n’est pas obligatoire pour la vente, il retrace le parcours de la voiture.

En son absence, le propriétaire doit être en mesure de vous fournir les factures d’entretien et le contrôle technique pour vous assurer que le véhicule a été correctement suivi. Vérifiez l’immatriculation et le kilométrage indiqué sur chaque facture pour vous assurer qu’il s’agit bien du bon véhicule.

Les véhicules plus anciens n’ont souvent plus le carnet d’entretien, car il est souvent égaré au cours des reventes antérieures du véhicule. Si le propriétaire est en mesure de fournir la preuve de l’entretien du véhicule et un contrôle technique récent prouvant son bon état, le risque est faible. Mais en l’absence du livret d’entretien ou de factures, passer votre chemin.

Le certificat de non gage

Le certificat de non-gage Également appelé “certificat de situation administrative“ le certificat...

Le certificat de non-gage

Également appelé “certificat de situation administrative“ le certificat de non-gage permet d’indiquer si une automobile est gagée par un organisme de crédit qui en interdirait la vente ou s’il fait l’objet d’une opposition administrative qui rendrait sa vente impossible.

Quand faire la demande du certificat de non-gage ?

Vous pouvez à tout moment faire une demande de certificat de situation administrative sur Internet sur le site dédié à cet effet. Ce certificat de non-gage devra être obligatoirement remis à l’acheteur d’un véhicule d’occasion afin de l’informer qu’aucune opposition administrative ne l’empêche de se porter acquéreur de celui-ci.

À quoi sert un certificat de non-gage ou de situation administrative ?

Lors de la vente d’un véhicule, le vendeur doit remettre un certificat de situation administrative daté de moins de 15 jours afin d’attester que la voiture est libre de tout gage d’un établissement financier ou d’une opposition administrative interdisant le transfert de propriété (lors d’une saisie ou d’un vol par exemple).

L’achat d’un véhicule à l’aide de crédit auprès d’un établissement financier peut être assorti à la mise en gage du véhicule, ce qui interdira sa vente tant que le crédit n’est pas entièrement remboursé.

Il permet à l’acheteur de prendre connaissance de la situation administrative du véhicule et d’acheter un véhicule en étant sûr qu’il n’y a pas d’opposition qui ne lui permettrait pas d’obtenir un nouveau certificat d’immatriculation à son nom.

Sans ce certificat, il est impossible d’obtenir une nouvelle carte grise par l’acquéreur. La formalité est simple à réaliser sur Internet, le vendeur d’un véhicule a tout intérêt à le faire avant de présenter le véhicule à des acheteurs pour les rassurer sur son droit de vendre l’auto au regard de la loi.

Faites votre demande de certificat sur https://siv.interieur.gouv.fr/map-usg-ui/do/csa_retour_dem_certificat

Le certificat d'étanchéité Camping-Car

Le certificat d’étanchéité́ pour camping-car L’humidité est un fléau dans les véhicules de loisirs....

Le certificat d’étanchéité́ pour camping-car

L’humidité est un fléau dans les véhicules de loisirs. Si les constructeurs offrent une garantie pour les infiltrations d’eau de plusieurs années, elle est assujettie à un contrôle d’étanchéité périodique. Il est aussi une garantie du bon état du véhicule lors de l’achat d’un camping-car d’occasion.

Qu’est-ce que le certificat d’étanchéité pour camping-car ?

Le certificat d’étanchéité est un document délivré par un professionnel des véhicules de loisirs équipés du matériel de contrôle adéquat. Il atteste de la bonne étanchéité aux infiltrations d’eau de la cellule et permet de maintenir la garantie étanchéité du constructeur.

Sans ce document, la garantie de ne peut s’appliquer. Il doit donc être réalisé à une périodicité précise définie dans les conditions de la garantie et conservée dans le dossier d’entretien du véhicule pour le présenter si un problème d’humidité se présente pendant la période couverte par la garantie.

Combien coute un contrôle d’étanchéité d’un camping-car ?

Généralement, cette prestation est facturée une centaine d’euros et doit être effectuée chaque année pendant la période de garantie. Cependant, certains constructeurs de camping-cars ou distributeurs offrent cette prestation pendant la période de garantie.

À la fin de la période de garantie, il est possible d’effectuer ce test soit même, en achetant un appareil dédié à la détection d’humidité dans les parois, mais l’opération est fastidieuse et doit être correctement réalisée.

Contrôle de l’étanchéité pour l’achat d’un camping-car d’occasion

Si vous projetez d’acheter un camping-car d’occasion, quel que soit son âge, il est fortement recommandé de demander qu’un contrôle de l’étanchéité soit effectué avant la vente. Il est également préférable que ce contrôle soit effectué par un professionnel qui va engager sa responsabilité.

L’humidité peut causer de gros dommages sur les parois ou plafond des camping-cars nécessitant le remplacement des panneaux complet de carrosserie. Cette opération est très couteuse, plusieurs milliers d’euros par panneau à remplacer, mieux vaut éviter de prendre le moindre risque.

Le contrôle technique moto

Le contrôle technique moto S’il n’est pas encore obligatoire en France, l’Union européenne souhaite...

Le contrôle technique moto

S’il n’est pas encore obligatoire en France, l’Union européenne souhaite l’imposer à tous les États membres d’ici à 2022. Mais qui sera concerné par ce nouveau contrôle obligatoire ?

Quel 2 roues sera concerné par le contrôle technique moto ?

À compter du 1er janvier 2022, le contrôle technique moto sera obligatoire dans tous les pays européens. Le gouvernement français avait prévu son instauration des 2017, mais a repoussé la réforme à cette nouvelle date.

La directive européenne 2014/45/UE indique que le contrôle technique des deux-roues rentrant dans les catégories L3e, L4e, L5e et L7e seront concernées dès lors que la cylindrée du moteur dépasse 125 cm3. Cela signifie que les scooter, moto, quad et autre quadricycle doté d’un moteur de plus de 125 cm3 et pouvant rouler à plus de 45 km/h seront soumis au futur contrôle technique moto.

Quelle périodicité pour le nouveau contrôle technique moto ?

S’il est appliqué comme pour l’automobile, le contrôle technique moto devra être effectué dans les 6 mois précédents le quatrième anniversaire de la première mise en circulation du véhicule. Ensuite, un contrôle périodique tous les deux ans sera à effectuer. En cas de non-respect de cette obligation, le contrevenant s’exposerait à une amende pouvant atteindre 750 €.

Le gouvernement n’a pas donné plus de précision depuis les annonces en 2015 de Manuel Valls.

Quels points seront vérifiés lors du contrôle technique moto ?

Les différents points contrôlés seront certainement assez proches du contrôle technique pour automobile avec le contrôle de l’identification du véhicule, les équipements de freinage, la direction, la visibilité, l’éclairage, les roues, pneumatique et suspension, le châssis, les équipements ainsi que les nuisances sonores et la pollution.

Pour le moment, le gouvernement français n’a pas encore donné le détail des points contrôlés pour les deux roues.

Les voitures hybrides

Les voitures Hybrides L’électrification des voitures est de plus en plus fréquente dans les modèles...

Les voitures Hybrides

L’électrification des voitures est de plus en plus fréquente dans les modèles neufs ou récents. Avant de franchir le cap du véhicule tout électrique, la voiture hybride est une bonne alternative entre économie de carburant, limitation des émissions polluantes et autonomie.

Quelle est la différence entre une voiture Hybride et une hybride rechargeable ?

Il existe trois degrés d’hybridation actuellement sur les voitures hybrides. La plus connue est l’hybride simple, souvent nommé HEV. Il s’agit d’une voiture dotée d’un moteur thermique essence ou diesel classique épaulé par un moteur électrique qui va aider le véhicule lors des phases de démarrage ou de relance en utilisant uniquement la motorisation électrique ou en combinant les deux énergies. La plus connue d’entre elles est la Toyota Prius qui existe depuis plus de 20 ans.

Enfin, il existe l’hybride rechargeable qui combine les avantages de la voiture électrique avec ceux de la voiture thermique. Vous disposez d’une batterie de plus grosse capacité qui va vous permettre de rouler entièrement en mode électrique sur plusieurs dizaines de kilomètres et jusqu’à 100 à 130 km/h généralement.

Si vous parcourez 30 à 45 km par jour, vous pouvez rouler entièrement uniquement avec le moteur électrique. En contrepartie, il faut brancher la voiture sur une borne de recharge ou sur une prise électrique classique à domicile. Le moteur électrique prend le relais pour vous offrir davantage d’autonomie pour les grands parcours.

Quelle est la fiabilité d’une voiture hybride ?

Comme évoqué précédemment, la Toyota Prius a mis en avant la fiabilité de ce type de motorisation. Les moteurs électriques ont une grande durée de vie et ne nécessitent quasiment aucun entretien. Les batteries, dites de traction, sont également très fiables. Elles peuvent parcourir 300 à 400 000 km.

À l’usage, quel est le coût d’une voiture hybride ?

Une voiture hybride coûte 15 à 20 % plus cher qu’une voiture équivalente à motorisation thermique simple. Mais son surcoût est amorti avec l’utilisation de la motorisation électrique. Pour les versions hybrides rechargeables, il est possible de rouler à 80% du temps en électrique hors grand déplacement.

Est-ce qu’une voiture hybride se revendra bien d’occasion ?

Les règles de plus en plus strictes pour la circulation des véhicules vont encourager de plus en plus l’achat de ce type de véhicule qui aura le droit de circuler dans les agglomérations imposant des restrictions. Il sera donc plus facile de revendre une voiture hybride ou hybride rechargeable dans les prochaines années qu’une simple voiture thermique considérée comme plus polluante.

Vérification d’un véhicule d’occasion avant l’achat

Avant d’acheter un véhicule d’occasion, il est nécessaire de vérifier un certain nombre de points pour...

Avant d’acheter un véhicule d’occasion, il est nécessaire de vérifier un certain nombre de points pour s’assurer de l’état et de la conformité de la voiture pour effectuer un achat serein.

Quels documents contrôler avant l’achat ?

La première étape est de vérifier que les papiers du véhicule soient à jours et qu’ils correspondent au véhicule que l’on vous présente. La carte grise doit être au nom de la personne qui vous vend le véhicule. Tout retard dans le changement du certificat d’immatriculation engendrera des complications et des frais supplémentaires.

Vous devrez également vous assurer que le contrôle technique à moins de 6 mois pour les véhicules de 4 ans et plus, sinon il devra être repassé pour pouvoir obtenir une nouvelle carte grise à votre nom. Ce sera également l’occasion de vérifier l’état général du véhicule.

Si le véhicule dispose d’un carnet d’entretien, il vous permettra de vérifier que le véhicule a été suivi. Si le propriétaire ne peut pas le présenter, il doit disposer de factures d’entretien. Cela sera aussi l’occasion de vérifier la concordance du kilométrage avec celui affiché au tableau de bord.

Comment contrôler un véhicule ?

Il est préférable de pouvoir inspecter un véhicule propre à l’intérieur comme à l’extérieur, c’est un signe que son actuel propriétaire est soigneux. Vérifier l’état de la carrosserie, l’alignement des portes et capots pour détecter les traces d’un choc mal réparé.

Moteur éteint, ouvrez le capot pour inspecter le moteur. Assurez-vous qu’il n’y ait pas de traces de fuite récente qui pourrait nécessiter une réponse. Vérifier les niveaux d’huile, de liquide de refroidissement et de liquide de frein également. Faites démarrer le véhicule et soyez attentif au bruit du moteur, notamment les couinements qui pourraient le signe d’une courroie de distribution fatiguée ou d’un problème d’alternateur ou encore de compresseur de clim.

Passer à l’intérieur, vérifiez à présent le bon fonctionnement des équipements tels que vitres électriques, toit ouvrant, essuie-glaces, climatisation ainsi que le bon état des ceintures de sécurité.

Il est temps de faire un essai routier pour s’assurer que le véhicule roule bien, sans point dur dans la direction et avec un freinage efficace. Soyez attentif à tous les bruits qui pourraient indiquer une faiblesse d’un élément important comme la suspension. Assurez-vous du bon fonctionnement du moteur et de la boite de vitesse. Au moindre doute, renseignez-vous auprès d’un professionnel pour éviter les mauvaises surprises.

L'acte de vente

L’acte de vente L’acte de vente d’une voiture, appelé officiellement « certificat de cession...

L’acte de vente

L’acte de vente d’une voiture, appelé officiellement « certificat de cession d’un véhicule d’occasion » est le document qui indique le transfert de propriété d’un véhicule doté d’un certificat d’immatriculation.

À quoi sert un acte de vente ?

Le certificat de cession d’un véhicule d’occasion permet d’identifier les parties au contrat, à savoir l’ancien propriétaire cédant le bien, le nouveau propriétaire et de désigner le véhicule qui fait l’objet de la vente. Il reprendra les informations présentes sur la carte grise (certificat d’immatriculation) ainsi que les informations sur la cession (date de la cession, kilométrage du véhicule lors de la vente).

Faut-il obligatoirement remplir un acte de vente ?

Sans un acte de vente signé par les deux parties, dûment complété, il sera impossible au nouveau propriétaire d’obtenir un certificat d’immatriculation à son nom. Il est donc impératif de remplir ce document de type formulaire Cerfa.

Comment obtenir un certificat de cession d’un véhicule d’occasion ?

Il existe deux méthodes pour obtenir le certificat de cession d’un véhicule d’occasion correspondant au formulaire Cerfa 15776*02. Vous pouvez le remplir en ligne directement sur le site Service-Public.fr ou bien choisir de le télécharger pour l’imprimer et le remplir à la main sans ratures et en lettres capitales.

Dans tous les cas, il est recommandé autant à l’acheteur qu’au vendeur de vérifier l’identité de chacune des parties pour s’assurer que le formulaire Cerfa est rempli correctement, sans fautes ni erreurs sur le nom ou l’adresse de l’une des parties, ce qui pourrait compromettre l’obtention d’un nouveau certificat d’immatriculation.

Le permis de conduire jeune conducteur

Lorsqu’un jeune conducteur obtient son premier permis de conduire auto ou moto, il devient titulaire...

Lorsqu’un jeune conducteur obtient son premier permis de conduire auto ou moto, il devient titulaire d’un permis probatoire crédité de 6 points. Il ne pourra obtenir ses 12 points qu’au terme d’un délai de 3 ans sans infractions.

Qu’elle est la durée d’un permis probatoire

Le permis de conduire probatoire est délivré à l’obtention d’un examen de conduite pour la catégorie A ou B. Si le permis de conduire est obtenu par la voie classique, la période probatoire est de 3ans.

Dans le cas de l’obtention du permis par le biais d’apprentissages anticipée de la conduite, autrement dit la conduite accompagnée, la période probatoire est réduite à 2 ans.

Comment mettre fin à la période probatoire ?

Pendant cette période probatoire, le conducteur se voit doté d’un permis de conduire limité à 6 points. Il n’obtiendra les 12 points qu’à la fin de la période probatoire s’il n’a pas commis d’infraction ayant donné lieu à un retrait de points.

Son capital de 6 points est augmenté de 2 ou 3 points par année, sans infraction, suivant s’il a obtenu son permis de conduire par la méthode classique ou par l’apprentissage anticipé afin qu’il puisse devenir titulaire de 12 points à la fin de sa période probatoire.

Comment réduire la durée de la période probatoire ?

Il est possible de réduire la durée de la période probatoire en suivant un stage “postpermis“ dans les 6 à 12 mois suivant la date d’obtention du permis de conduire. Ces stages ont pour objectif de sensibiliser les nouveaux conducteurs au risque routier et de limiter la prise de confiance rapide pouvant amener à l’accident.

En suivant un stage “postpermis“ la durée probatoire passe à 2 ans au lieu de 3 ans pour un permis classique, et de 2 ans à 18 mois pour les personnes ayant suivant l’apprentissage anticipé de la conduite.

Les vices cachés

Au regard de la loi, article 1641 du Code civil, un vice caché est une avarie sur un véhicule, mais...

Au regard de la loi, article 1641 du Code civil, un vice caché est une avarie sur un véhicule, mais dont le vendeur ignore l’existence. Lorsque le vendeur est au courant du problème, on parle alors de dol.

Qu’est-ce qu’un vice caché sur une voiture ?

Un vice caché est une anomalie constatée sur un véhicule après la vente de celui-ci par un vendeur qui ignorait le problème lors de la cession. Un véhicule vendu alors qu’une pièce est défectueuse, mais non décelable lors de l’essai tel que le joint de culasse ou le turbocompresseur peut être considéré comme un vice caché.

La découverte d’un vice caché peut engendrer l’annulation de la vente avec restitution du véhicule au vendeur en échange de son remboursement.

Quel est le délai pour réagir lors de la découverte d’un vice caché ?

Conformément au Code civil, article 1648, vous disposez d’un délai de 2 ans à partir du moment où vous découvrez le vice caché. Vous devez en informer le vendeur rapidement par courrier recommandé tout en démontrant que le défaut constaté est antérieur à la vente, une expertise est souvent le meilleur moyen de prouver le vice caché.

Une fois que le vendeur a été informé du vice caché, il dispose de 8 jours pour vous trouver une issue amiable au problème. Réparer le véhicule à ses frais, le rembourser en échange de sa restitution en prenant les frais éventuels comme un dépannage sur la route ou vous proposer de vous rembourser une partie du prix de la vente.

Si la solution proposée par le vendeur n’est pas satisfaisante, vous pourrez faire un recours en justice pour obtenir réparation en fonction du jugement qui sera rendu.

Les ventes aux enchères de véhicules

Les ventes aux enchères de véhicules Il se vend aux enchères chaque année environ 300 000 véhicules...

Les ventes aux enchères de véhicules

Il se vend aux enchères chaque année environ 300 000 véhicules d’occasion en France. Ce canal d’achat a le vent en poupe depuis une dizaine d’années avec à la clé de réelles économies sur le prix d’achat du véhicule.

Comment acheter un véhicule aux enchères ?

Vous pouvez vous rendre dans une salle des ventes pour assister à la vente des véhicules et enchérir sur celui qui vous plait ou vous pouvez le faire depuis chez vous devant votre ordinateur.

Vous devez au préalable avoir identifié le modèle que vous recherchez et vérifier les informations indiquées par le vendeur pour estimer le prix que vous être prêt à payer pour acquérir le véhicule. Ne vous laissez pas emporter par l’euphorie des enchères, fixer une limite pour le véhicule et abandonner quand ce prix est dépassé.

Combien peut-on économiser sur un véhicule acheté aux enchères ?

Les spécialistes du secteur estiment qu’il est possible de réaliser une économie allant jusqu’à 20 % sur un véhicule vendu aux enchères, tout dépend de la concurrence le jour de l’enchère et de l’intérêt du modèle.

Le prix moyen d’un véhicule vendu aux enchères en 2019 était de 5 000 € ce qui signifie qu’il y a des véhicules pour tous les budgets, mais il faut faire attention à choisir le bon véhicule pour ne pas transformer l’opération en gouffre financier.

N’oubliez pas que lors d’une vente aux enchères, vous devrez vous acquitter de frais de vente à régler également lors de l’achat d’un véhicule. Il s’élève généralement entre 10 à 15 % du véhicule.

Faut-il se déplacer pour contrôler l’état du véhicule avant l’enchère ?

C’est effectivement recommandé, contrôler le véhicule est important, il vous permet de déceler des problèmes avant l’achat et éviter de devoir payer des réparations non prévues après les enchères. Cependant, il n’est pas possible d’essayer le véhicule avant la vente.

Certaines sociétés de ventes aux enchères proposent une inspection complète du véhicule avec un rapport détaillé autant sur la partie mécanique que sur la carrosserie, cela permet d’acheter un véhicule à distance en toute confiance.

Il est souvent proposé une garantie en option, il peut être judicieux de regarder les conditions du contrat proposé et de souscrire une durée minimale de 3 mois à un 1 an pour se prémunir des mauvaises surprises, car une fois que vous avez acheté un véhicule aux enchères, vous ne pouvez plus vous retourner contre le vendeur.

https://www.chekoto.com/wp-content/uploads/2021/03/0.png
Comment bien acheter son VO

Comment bien acheter son VO Comment bien acheter son véhicule d’occasion (V.O) Auto / utilitaire...

Comment bien acheter son VO

Comment bien acheter son véhicule d’occasion (V.O) Auto / utilitaire Particulier ou professionnel,...

Comment bien acheter son véhicule d’occasion (V.O)

Auto / utilitaire

Particulier ou professionnel, deux différences = le prix et les garanties

Les véhicules achetés chez les professionnels bénéficient automatiquement d’une garantie de 12 mois.                                                                                                                                                Dans les 12 mois suivants l’acquisition du véhicule vous pouvez faire vos réclamations pour vices cachés et obtenir réparation auprès de votre vendeur.

Les véhicules achetés entre particuliers sont en général moins chers.                                 Cependant, aucune obligation légale n’oblige le vendeur particulier à vous réparer automatiquement en cas de problème. Vous devez alors trouver une issue à l’amiable faute de quoi il sera nécessaire d’entamer une procédure judiciaire pour vice caché ou autre dans l’espoir d’obtenir réparation.

Vous pouvez acheter votre véhicule occasion et bénéficier d’une garantie mécanique sur 8 à 22 points en fonction de votre véhicule pendant 3, à 60 mois.                                                           Personne n’est à l’abris de tomber sur des mauvaises surprises à l’achat d’un véhicule d’occasion, choisir la garantie CHEKOTO c’est l’assurance d’être couvert sans franchise en cas de panne dans les premiers mois d’utilisation de votre nouveau véhicule. LIEN INTERNE

Vérifiez la côte auto

La côte automobile du véhicule est l’estimation de la valeur d’un véhicule selon des critères comme l’âge, le modèle, la version, les options (etc…). Renseignez-vous sur la côte auto de votre véhicule d’occasion avant de définir le montant de votre offre.                                                                                        La côte automobile des véhicules n’est pas une science exacte, c’est une indication brute.                         Pour être cohérente elle doit être ajusté avec d’autres informations comme l’état d’usure général du véhicule, la quantité disponible sur le marché VS la demande sur ce modèle, et les impressions du public (etc…).

Les documents à vérifier avant l’achat

L’entretien du véhicule

Vous devez devoir tracer parcours d’entretien du véhicule depuis sa mise 1ère mise en circulation.

  1. Carnet d’entretien à jour : Le carnet d’entretien est un livret qui recense tous entretiens dont le véhicule a fait l’objet. Il n’est pas obligatoire mais fortement conseillé, d’autant plus si le véhicule à un kilométrage important.
  • Contrôle technique à jour : Ce document est fourni par les centres de contrôle technique après vérification du véhicule. Il est obligatoire pour les véhicules de plus de 4 ans doit dater de moins de 6 mois au. Si le véhicule à moins de 4 ans il n’est pas obligatoire pour le vendeur de vous le fournir.
  • Factures d’entretien : Vous pouvez également demander au vendeur s’il a fait d’autres interventions sur le véhicule. Dans ce cas demandez les factures correspondantes.

La vente du véhicule

  1. Carte grise (datée du jour, barrée et signée) au nom du vendeur ou attestation d’autorisation de vente : Demandez la pièce d’identité du vendeur, la carte grise du véhicule doit être à son nom. Si ce n’est pas le cas EXIGEZ du vendeur une autorisation de vente manuscrite du propriétaire qui lui permette de vendre le véhicule. Vérifiez ensuite que la plaque d’immatriculation (A) et le numéro de série (E) du véhicule correspondent aux informations mentionnées sur le certificat d’immatriculation.
  • Certificat de non gage : Ce document est le certificat de situation administrative détaillée du véhicule que le vendeur doit obligatoirement vous fournir ce document.                                                                                                               Si le véhicule est gagé ou opposé à date d’acquisition : refusez l’achat.  Si le vendeur n’a pas apporté ce document il peut le télécharger en 2 min surhttps://siv.interieur.gouv.fr/map-usg-ui/do/csa_retour_dem_certificat
  • Certificat de cession : Aussi connu sous le nom de Cerfa n° 15776*02 est un document obligatoire à remplir entre l’acheteur et le vendeur (en triple exemplaire) afin de permettre le transfert de propriété du véhicule auprès des services de la préfecture.

https://www.service-public.fr/simulateur/calcul/15776

Avant l’achat assurez-vous que tous les documents présentés soient authentiques, appelez les concessions et professionnels prestataires pour demander vérification. En cas de besoin vous pourrez nous les envoyer pour vérification par nos services.  LIEN INTERNE

L’achat du véhicule

L’acte de vente

L’acte de vente pour permet de constater les détails de la vente comme le prix ou encore l’état du véhicule, il n’est pas obligatoire mais fortement conseillé.

LIEN INTERNE

Quelles vérifications effectuer avant d’acheter une occasion ?

  • Préférez les visites le jour.  Ainsi vous remarquerez plus facilement les défauts esthétiques.
  • Préférez des visites quand les conditions météorologiques sont optimales. Ainsi vous réaliserez les tests routier en toute sécurité.
  • Vérifiez l’état esthétique et fonctionnel général.
  • Essayez impérativement Le véhicule sur route, si le vendeur refuse : refusez l’achat.
  • Ne vous laissez pas intimider par le vendeur. Posez toutes les questions et faites toutes les vérifications que vous jugerez nécessaires pendant la visite.
  • En cas de doute avant l’achat faites un contrôle approfondit chez un professionnel.

Il n’est pas évident de savoir quoi vérifier sur un véhicule d’occasion et dans quel ordre. C’est pourquoi nous avons développer Le premier outil pour vous assister pendant la vérification entièrement GRATUIT. Téléchargez l’application et laissez-vous guider ! Une fois en face du véhicule, répondez aux 55 questions du QCM et obtenez immédiatement une note et un compte rendu détaillé sur l’état de votre véhicule. LIEN INTERNE

Vous pouvez aussi confier la vérification de votre V.O chez l’un de nos garages partenaires.            LIEN INTERNE

Après l’achat

Souscrivez une assurance auto avant de prendre la route et faites les démarches pour immatriculer votre véhicule sans plus attendre sur : https://immatriculation.ants.gouv.fr/

https://www.chekoto.com/wp-content/uploads/2021/03/2021-03-14.png
Comment choisir sa future voiture

Comment choisir sa future voiture ? Au moment de choisir un nouveau véhicule, il faut s’interroger... Comment...

Comment choisir sa future voiture ? Au moment de choisir un nouveau véhicule, il faut s’interroger...

Comment choisir sa future voiture ?

Au moment de choisir un nouveau véhicule, il faut s’interroger sur l’usage que l’on aura au cours des prochaines années pour adapter sa recherche à ses propres critères.

Quel sera l’usage de ma future voiture ?

Allez-vous rouler beaucoup ? Estimer votre kilométrage annuel en regardant les derniers contrôles techniques de votre véhicule actuel. Cela vous aidera à choisir la motorisation de votre prochaine voiture.

Quels sont vos parcours habituels ? Vous ne vous déplacez qu’en ville ou en proche périphérie ? Vous prenez souvent l’autoroute ? Vous voyagez seul ou en famille généralement ? Allez-vous utiliser ce véhicule pour partir en vacances ? Dans quelle région habitez-vous ?

Ces quelques questions vont vous aider à décider de la taille du véhicule qu’il vous faut ainsi que de sa puissance. Une petite citadine avec un petit moteur essence 3 cylindres ne sera pas adapté à un usage en haute montagne.

Allez-vous changer de travail prochainement ? Vous pourriez être amené à faire plus de kilomètres qu’actuellement et vous pourriez opter pour une motorisation diesel ou hybride dans ce cas. Au contraire, vous allez vous rapprocher de votre travail, une essence ou une électrique peut être la bonne solution. Et si la famille s’agrandit ? Une berline, un monospace ou encore un SUV sont peut-être à envisager.

Comment définir le budget d’achat de votre prochaine voiture ?

En ayant répondu aux premières questions, vous avez déjà une idée plus précise de vos besoins pour les prochaines années. Vous connaitrez alors, le budget moyen du modèle recherché.

Si vos critères ont mis en lumière certains modèles, commencer par consulter les annonces sur les sites spécialisés et à consulter également la côte de l’occasion. Cela vous permettra de définir le budget nécessaire à l’achat de votre nouveau véhicule.

Il ne reste plus qu’à juxtaposer votre projet avec vos finances pour établir ce qui est possible ou non. Vous pouvez également contacter votre banque pour connaitre votre capacité d’emprunt pour affiner votre budget.

https://www.chekoto.com/wp-content/uploads/2021/03/2021-03-14-2.png
Les arnaques aux véhicules d'occasion

Les arnaques aux véhicules d’occasion Le marché du véhicule d’occasion représente environ 6000000...

Les arnaques aux véhicules d’occasion

Le marché du véhicule d’occasion représente environ 6000000 de transaction chaque année. Les 2/3 des transactions se font entre particuliers, mais dans le lot il existe de nombreuses arnaques. Entre les vices cachés dans 22,7 % des cas et les faux chèques de banque dans 13,3 % des escroqueries, la prudence est de mise.

Quelles précautions prendre avant l’achat d’un véhicule d’occasion ?

Que vous soyez vendeur ou acheteur d’un véhicule d’occasion, vous devez rester prudent lors d’une transaction. Entre les faux moyens de paiement et les véhicules trafiqués ou volés, l’arnaque peut arriver à tout le monde et coûter cher.

Avant tout chose, un acheteur doit voir le véhicule avant de l’acheter et vérifier les documents de celui-ci. La carte grise doit être au nom du vendeur, les numéros de séries et d’immatriculation doivent correspondent à la voiture que l’on vous présente.

Il faut être particulièrement vigilant à la concordance des informations autant visuelles que celles données par le vendeur. Une voiture affichant 50 000 km, mais qui a des pédales usées, des sièges aux garnitures écrasés et déchirés est souvent louche.

Si vous vous adressez à un garage, prenez le temps de faire une recherche sur Internet pour trouver des avis sur le vendeur, s’il y a de nombreux témoignages vous pourrez rapidement vous faire une idée de la fiabilité de l’entreprise.

Soyez attentif à tous les détails lors de votre inspection du véhicule, n’hésitez pas à vous faire accompagner d’un ami ayant de bonnes connaissances en mécanique. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez mandater un de nos garages partenaires qui vous fera un examen détaillé du véhicule .

Quels recours en cas d’arnaque ?

Vous pouvez vous renseigner auprès de votre compagnie d’assurance si vous avez une assistance juridique dans votre contrat. Elle pourra vous guider en fonction de votre litige.

Si vous pouvez prouver l’escroquerie, que ce soit sur le paiement ou sur l’état réel de la voiture, avec une expertise par exemple prouvant un mauvais état, un vice caché ou un compteur kilométrique trafiqué, vous pourrez porter l’affaire devant la justice, mais les procédures sont longues et pendant ce temps personne ne vous indemnise.

https://www.chekoto.com/wp-content/uploads/2021/03/2021-03-14-3.png
Comment vérifier l'état de ses pneus

Comment vérifier l’état de ses pneus ? Des pneus en bons états sont primordiaux pour la sécurité....

Comment vérifier l’état de ses pneus ?

Des pneus en bons états sont primordiaux pour la sécurité. Que ce soit pour les occupants du véhicule que pour les autres usagers de la route, les pneumatiques doivent être contrôlés régulièrement.

Comment contrôler visuellement ses pneus ?

La première étape est de contrôler l’aspect visuel général. Le flanc du pneu ne doit pas être entaillé ni présenter une usure prononcée à force de frotter contre les trottoirs. Le dessin du pneu doit être suffisamment creusé pour garantir son efficacité, des témoins d’usure sont disposés dans les rainures du pneumatique, assurez-vous que la bande de roulement soit supérieure à ses témoins. Vous ne devez pas non plus voir de ferraille dépasser de la bande de roulement.

L’usure de cette bande de roulement doit également être régulière sur toute la largeur du pneu. Si ce n’est pas le cas, cela signifie qu’il y a un problème sur le châssis du véhicule. Cela peut venir d’un simple déréglage du train qui pourra être corrigé par un professionnel qui réalisera un parallélisme. Si le problème ne vient pas de là, il peut s’agir d’une pièce usée comme un amortisseur, une biellette de direction ou d’un triangle de suspension. Mais dans ces cas, un essai routier du véhicule pourra vous aider à définir l’origine du problème.

La loi impose que les voitures soient équipées de pneus identiques sur un même essieu et que la profondeur de la sculpture de la bande de roulement soit d’une profondeur minimale de 1,6 mm.

Contrôlez régulièrement la pression des pneus

La pression d’air dans les pneus est un paramètre très important qu’il faudra contrôler régulièrement, tous les trois mois ou 2 500 km. L’opération est aussi simple que pour un vélo, il suffit de brancher l’embout sur la valve du pneu et d’ajuster à la hausse ou à la baisse la pression.

Pour savoir quelle pression mettre dans ses roues, vous devez vous référer aux instructions du constructeur. Généralement, une étiquette rappelant la pression est collée sur le montant de la porte conducteur ou dans la trappe à carburant.

Une pression trop faible va augmenter la consommation de carburant et risque d’endommager le pneu alors qu’une pression trop importante va diminuer l’adhérence et peut engendrer l’explosion du pneu le rendant alors inutilisable.

https://www.chekoto.com/wp-content/uploads/2021/03/2021-03-14-5.png
Le contrôle technique

Le contrôle technique Rendu obligatoire depuis le janvier 1992 pour les véhicules de moins de 3,5... Le...

Le contrôle technique Rendu obligatoire depuis le janvier 1992 pour les véhicules de moins de 3,5...

Le contrôle technique

Rendu obligatoire depuis le janvier 1992 pour les véhicules de moins de 3,5 tonnes, le contrôle technique a pour objectif de vérifier l’état général d’un véhicule conformément aux règlementations en vigueur.

Quand faire son contrôle technique ?

Pour les véhicules neufs, le premier contrôle technique doit être fait au plus tard le jour du quatrième anniversaire de la première mise en circulation du véhicule que vous trouverez sur la carte grise.

Ensuite, une visite périodique doit être effectuée tous les 2 ans pour pouvoir continuer à rouler. En cas d’anomalie constatée sur le véhicule, une contre-visite doit être réalisée dans les 2 mois suivant le premier contrôle.

Si une défaillance majeure est constatée, sans interdiction de circuler, vous aurez deux mois pour remettre le véhicule en état et le représenter à la contre-visite. Si une défaillance critique est relevée, le contrôle ne vous permettra de rouler que le jour de celui-ci pour déposer votre véhicule dans un garage qui remettra votre véhicule en état pour pouvoir le présenter à la contre-visite avant la fin des deux mois.

Pour ceux qui ont un véhicule de type utilitaire, que ce soit une Renault Clio commerciale ou une Citroën Berlingo, une visite antipollution est obligatoire chaque année.

Comment préparer sa voiture au contrôle technique ?

Le contrôleur va évaluer l’état de votre véhicule en vérifiant 133 points de contrôle qui concerne entre autres la pollution, le freinage, la suspension, l’éclairage, les pneumatiques, les ceintures de sécurité et l’état de la carrosserie et des vitrages.

Avant de présenter votre véhicule au contrôle technique, vous pouvez demander à votre garagiste de contrôler votre véhicule en effectuant un précontrôle qui permettra de détecter toute anomalie et de la réparer avant le passage du contrôle technique officiel.

Pensez également à vérifier le bon fonctionnement de l’éclairage et à faire les niveaux d’huile, de liquide de refroidissement, mais aussi de lave-glace. Les contrôleurs vont demanderont également d’enlever les sièges enfants, anticiper cette demande pour gagner du temps lors du contrôle.